De la Havane à Baracoa : un fil(m) cubain

Le rêve capitaliste sur le toit du Manzana à La Habana
Auto-fiction à Varadero
Baracoa. La pression de rue. Mon ami cubain Victor dit qu’elle n’est pas fameuse. Quand j’ai voulu la goûter, le camion n’était plus là…

Voici mon fil de narration…

Un film cubain

De la Havane à Baracoa

L’éternel été,  pas de moustiques, des maisons et fenêtres ouverte à la vue du passant. Le regard y est donc d’une richesse insoupçonnée, c’est pour cela qu’on a préféré prendre le bus pour les liaisons intervilles. La tentation de tout voir. Voici le circuit d’architecture baroque et néoclassique qu’on vous  recommande.

Ici tout est trajectoires et sillages, lenteur des marcheurs, résignation du peuple à ce drôle de régime dont le chef d’inculpation est d’avoir osé résister à la main mise américaine. 

Les trajectoires des vieilles Americaines si filmiques (je songe au film « In the mood for love » et tant d’autres décors hollywoodiens) sur les routes de campagne sont magnifiques.

Leur fumée au démarrage est terrible : des motorisations datent des années cinquante, vous imaginez le tableau dans les villes… La capitale poursuit le chantier infini de sa restauration autour du périmètre classé UNESCO.

L’historien responsable des travaux raconte malicieusement que les havanais changent de trottoir devant les immeubles en ruine. Il faut dire qu’une maison s’écroule tous les trois jours !

L’île s’étire sur 1200 kilomètres et 4100 cayos, les îles et îlots. Vinales, plein ouest, à 2 heures de La Havane.

Jusqu’à Baracoa, plein Est, ou débarqua en 1492 un certain Colomb qui vit la montagne plate qu’on escalada avec gourmandise pieds nus dans la boue de la sente menant au sommet,  entre deux averses racontant la terre : El Yunque. 

Au fin fond de la superbe région Oriente, aussi authentique que déshéritée, que l’on vous recommande chaudement. C’est á 150 kilomètres de la trop fameuse Base de Guantanamo ( dont la concession expirera en 2033). On peut y aller en avion en une heure de la capitale à bord d’un ATR récent (14 ans) dont la maintenance se fait en Ukraine.

J’ai préféré prendre des bus (de la ligne Viazul pour touristes). Certes, c’est long mais c’est  bon : chaque minute est une nouvelle séquence filmique de choses et gens de bords de routes, de paysages montagneux superbes.

L’idéal serait d’aller au Musée des Beaux-Arts à côté de l’hôtel kempinski font le toit terrasse domine la Vieille Ville ( Habana Vieja en achevant son voyage cubain. Ainsi, on reverra en peinture un peu de ce qui fait son charme si particulier. Celui de l île la plus riche – culturellement seulement, hélas – de la Caraïbe. Le baroque colonial UNESCO et le néoclassique des maisons de Trinidade, autour de la Plaza Mayor. Cette petite ville mérite le grand prix du charme tranquillement piéton.

Le bâti baroque de la ville de Camaguey aussi. C’est un ensemble de 300 hectares classé. Le centre de Santiago de Cuba, autour de la place Céspedes et des églises Carmen et Solidad, est a voir aussi. L’animation nocturne musicale des Casas de la Trova, mot qui vient du français troubadour, est bien partout.

Et puis il faut rester longtemps à Baracoa, notre ville coup de cœur, où deux familles devenues amis me montrent les mêmes vidéos du terrible passage du cyclone Matthew le 6 octobre 2016.

On est allé à Yumuri, c’est un beau canyon ou ces fous de Conquistadores forçaient les Indiens à draguer un or inexistant dans la rivière en contrebas. Ils refusèrent, préférant sauter du haut du canyon en disant

« Je suis mort !  » = Yumuri en espagnol ;

c’est triste, mais je serai tenté de dire qu’on les comprend.

On pourra aussi, si l’on aime les têtes de gondoles dune utopie éteinte, faire un pèlerinage sur les traces du Che à Santa Clara. Il y prit d’assaut un train blindé, on le voit, statufié de bronze, tenant un enfant dans les bras, ce qui est touchant.

  On pourra même faire un circuit en Harley-Davidson avec le cadet de ses cinq fils, qui s’appelle aussi Ernesto. Il a créé une agence pour cela : La Poderosa : c’était le nom de la moto sur laquelle il traversa l’Amérique du Sud a deux reprises.

Bref, en revenant à la Havane, on mange tranquillement sur le toit du kempinski Manzano. Le Gran Hotel Manzana Kempinski La Habana ou Manzana de Gómez est le premier hôtel de luxe à ouvrir à La Havane, à Cuba depuis la Révolution.

Il est situé dans le bâtiment historique Manzana de Gómez, un bâtiment du début du XXᵉ siècle qui était à l’origine le premier centre commercial de Cuba.

C’est une vraie oasis, faisant oublier ce que Cuba a d’un peu apre et âcre. La dureté de la vie des gens faisant la queue pendant les crises d’approvisionnement.

Car oui, l’embargo a coûté 4, 3 milliards de dollars à l’île  rien que l’an dernier, déclarait d’une voix enrouée Raoul Castro, 86 ans, lors de la cérémonie des 60 ans de la Révolution du 2 janvier. 

Pour autant, le cubain est philosophe, dandy parfois fataliste. Il sait la splendeur modeste de pouvoir exister en un éternel été…
Fait de sillages mémoriels et de trajectoires de désirs, teintés de rêves d’exil des plus jeunes, qui n’ont que faire du passé. Portent parfois une casquette estampillée Florida pour se démarquer. Il y a aussi le t-shirt Miami bitch. Message satirique qui m’a bien fait marrer…

Ils respectent encore, un peu comme le folklore chrétien officiel, la figure nationale tutéllaire du Ché, martyr qui s’est transformé en tête de gondole touristique pour produits dérivés.

A propos, le fils cadet du Ché, qui s’appelle Ernesto, comme Papa, organise depuis 2014 des circuits en Harley-Davidson sur les traces de son père…
Son agence de tourisme s’appelle La Poderosa :  La puissante. C’est ainsi que le Ché avait baptisé la moto sur laquelle il fit son premier tour de l’Amérique Latine…

Ooooo Puissance symbolique motarde, je vous convoque sans savoir que faire de votre invocation !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s