Beauté du réel/Qui dira absolu ?

Poster un commentaire

juin 20, 2014 par Parallèles Potentiels

Qui me donnera l’ineffable beauté des moments de réel
se découpant dans une fenêtre
Que me dira la beauté du réel estival cadrée par une lumière au bleu fixe
yeux fermés, la nuit ?
La revoir encore et en corps au bleu fixe des cieux
La beauté Méditerranée transcutanée
des îles du Frioul à celle de Lérins
d’Hyères à Porquerolles
D’aujourd’hui à Port Cros en voilier modeste
remisé depuis par le père de Denis
De Carry-le-Rouet
au rayon souvenirs
roués du Curli
?
1393397026_22a50993-3368-460e-bb8c-aa2f42a3ebdc

1393397042_cm-capture-2

1393397056_crossroads

1393397094_IMG_4035
Beauté du réel/Qui dira absolu ?
Donnez-moi encore les terres rouges, les plateaux
ceux de l’Estérel, de la Serra Gaucha brésilienne
de la vallée du Rift Kenyane traverséé en jeep jusqu’au pied du Kilimandjaro
fondant comme Kim cone au
sot miel
du dégel
humain
?

Qui me donnera la beauté des presque ‘il
entre deux êtres, celle des fourneaux ardents, de La fournaise réunionnaise
et des presqu’îles avec ou sans dents
Quelle fenêtre cadrera l’émerveillement printanier d’exister
en cadrant Capri d’une fenêtre octogonale de la Villa Malaparte
Quelle fenêtre le producteur au moment de son accident de bolide
tandis que Fritz Lang se tient coi
dans Le Mépris
de Godard
Piccoli
?
2014-05-27 17.54.09
qui me dira la beauté du monde péninsulaire sans prescription
L’éternel été de l’être sans péremption ?

J’ouvre la fenêtre
chaque jour est une vie volet
Mes persiennes siciliennes
escamotent le trop plein de lumière
Bleu fixe
firmament
sans maman
1186929_10151837061384559_549626781_n-1
Qui me rappellera à chaque carrefour vital la beauté des
possibles décadrés par la somme de toutes les fenêtres ouvertes
un jour un monde une vie qui luit
sans crépuscule
ni crapuscule
?
Rouge Didier Glu trek
Et la beauté sans opercule qui respire dans l’iode
me dira : absolu, Absalon
sans espoir ni salut
avec les grands saluts
des vues des cimes des falaises entrevues
des promontoires intérieurs
me toisant
oh moi poor et sublime passager
du temps du vent
RocheTaillée114
Donnez-moi donnez en corps l’absolu compteur
des bonheurs d’une vie entrevues
ce disque dur des good times, des arpentés paysages
des espèces d’espaces à épuiser réinventer
à chaque regard sur eux.
noname-1

noname
A déconstruire reconstruire
puisque déconstruire c’est reconstruire
pour dérouler les tapis de chaque once de beauté entrevue durant les
mobiles/immobiles voyages
2014-05-27 16.14.27
qui me dira l’immortelle des sables à sa vie en bouquet arrachée
pour la faire sentir bon
sa note réglisse
de maquis corsé
dans mon inter
rieur
?
005_DF26-16
Je suis la pulsion de vie morbidoseptique
entrevois les possibles réalisés/non
les cartographes
les cartes
des territoires vécus fictifs
ceux évadés
vidés
vide
a ma zone
gravide
alma

027_CG103-11
Malheur récusé
fenêtres de toutes les fulgurances entresues
embrasure
brasier
mordant
2014-06-07 21.10.02

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email to follow that flow/Pour suivre ce blog

Rejoignez 2 059 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :