Dans la colonne du Génie de la Bastille

Belle visite de la Colonne de Juillet, ouverte le week-end (inscription sur site de la rmn). Penser à s’inscrire un bon mois à l’avance. Oublier la corbeille aux amoureux de la photographie de Willy Ronis. Penser aux 207 révolutionnaires des 3 jours de 48 dans la crypte. C’est assez abstrait quand tu passes devant. Ils sont sous un socle, une chappe, basta..

Pas ce à quoi j’avais pensé. J’imaginais un mausolée, avec des tombes à ouverture capitonnée et des plaques métalliques au nom de chacun… 🍖  Le pire est que l’État n’a jamais payé le fournisseur. Qui a donc fait faillite…

On rentre par une petite porte discrète, presque à la dérobée, avec quelque chose de solennel quand même quand tu sais où tu vas…

On ne pourra hélas plus jamais aller en haut. La « corbeille  » faisant le tour du corps doré du Génie de la Bastille, au sommet, a fermé en 1984. Sa barrière en ferronnerie était un peu trop basse pour un niveau de sécurité moderne d’accueil du public.

Par ailleurs, deux suicides avant 1984 n’ont rien arrangé. Ça la foutait mal. Quel manque de goût de se jeter comme une crêpe. Un peu comme de sauter sur un coup de tête du haut de la statue de Marianne à la République.

En plus, précise à ma demande la charmante guide-conférencière, une historienne de l’art trentenaire (aux beaux yeux démasqués), il faudrait aussi calculer la masse exacte supportable au sol pour un nombre de visiteurs maximal. Ça on pourrait le faire, mais de toute façon… » le sommet ne rouvrira jamais. L’époque n’est plus à la négligence bonhomme en matière de normes publiques. Sinon, un procès intenté par le moindre quidam glissant un jour mouillé est à craindre…

La corbeille de mes rêves et de leurs amoureux a fermé bien avant les travaux de rénovation de la place de la Bastille en 2019. Et la récente ouverture du réseau de la Colonne en 2021.

On peut monter un peu le colimaçon en bronze patiné des escaliers sur un niveau, avec une lenteur d’escargot : chacun son tour. C’est déjà pas mal… On voudrait échapper au flux et grimper ni vu ni connu qu’on trouverait une porte close !

La visite commence à l’hôtel de Sully, 62 rue Saint-Antoine, se poursuit place des Vosges, avec de belles précisions architecturales.

Puis l’on fend la foule du week-end autour de la place de la Bastille. ll y a comme 3 cercles pour la traverser avant d’arriver au Graal. La piété de la Colonne ouverte. On dirait un peu passe-droit : entrer dans le solennel de la révolution de Juillet 1848, pouvoir cheminer sous la Colonne des illustres inconnus…

L’anecdote bonus pour dîner en ville

Au fait, la flamme dans la main du Génie a inspiré le sculpteur Bartholdi. Pour sa statue de la liberté. 🗽🔥 L’une des images les plus connues au monde. Belle postérité… La guide nous dit en riant qu’il reste deux minutes pour obtenir d’autres anecdotes croustillantes. On vous laisse demander vous-même…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s