Premiumisation du monde, copié-collé immo de gamme : le syndrome de Comporta (Portugal)

C’est ma journée rebelle. Peut-être parce que j’ai connu un peu de la sauvagerie de cet Alentejo côté côte en mon vert paradis enfantin. Pas tout à fait perdu, je vous rassure.

Cas d’école : sur l’Alentejo côtier, le bonheur des uns, promoteurs immobiliers et mouvance de jeunes entrepreneurs (encensés par la vulgate néo-liberale) se fait, si ce n’est au malheur des autres, au regret des  » générations du passé » ayant connu un avant plus edenique. C’était pas forcément mieux avant, mais on avait droit à du vide. Il est certain que l’architecture produit de plus s en plus standardisé. Au profit d’un avenir mondialisé du type « Il nous faut des clients CSP++, sinon rien ! » Comment sortir de cette ornière pour riches ?

J’appelle cela la tentation de la premiumisation du monde. Elle opère à plein. Resterait à trouver un équilibre. Toujours la même histoire se joue. Elle se pare d’un habillage vert, l’enrobage environnemental actuel est mieux fait (packagé) que les vagues de bétonnisations côtières du vingtième siècle. Mais bon, faudrait pas trop rêver…

Sur la côte de l’Alentejo
Le syndrome de Comporta

Comme auparavant en Algarve et sur bien d’autres côtes mondiales… « C’est un marché d’élite étranger, explique une décoratrice d’intérieur proche des milieux fortunés. Il y a vingt-cinq ans, personne ne connaissait l’endroit (Comporta). Puis les Portugais ont commencé à acheter des résidences secondaires à 100-200 000 euros. Quinze ans plus tard, les terrains étaient déjà vendus 1,5 million d’euros. ».

Aujourd’hui, pour se faire une place dans cette « nouvelle Ibiza » ou ces « nouveaux Hamptons », les offres d’étrangers atteignent des sommes mirobolantes. Rares sont les annonces en-dessous d’un million d’euros. L’achat et la construction de villas par des célébrités, comme la chanteuse Madonna ou l’acteur George Clooney ont accentué la renommée de la région. La star de la mode Christian Louboutin, qui a plusieurs propriétés et un hôtel en construction, est allé jusqu’à donner le nom du petit village de Melides à une de ses lignes de chaussures haut-de-gamme. L’endroit est désormais connu dans le monde entier.  » Jusqu’à ce que les people s’en lassent pour enlacer de nouveaux paradis. )Source de cette citation: https://reporterre.net/La-derniere-cote-sauvage-du-Portugal-disparait-sous-les-residences-de-luxe)

On ne va pas se mentir : Les cupides de service de l’immobilier sont en train de massacrer – par le neuf- la côte de Comporta. La séquence nostalgie : C’était pour moi le nom d’un village perdu aux cheminées abritant des cigognes trop choux. J’y allais avec ma maman, na ! 🪶🕊️🐣… 🦇

Je me souviens de mon émerveillement à voir les fameuses cigognes sur les cheminées des maisons. Le charme paysager agit toujours… en partie.

C’était juste bien jusqu’à vers 2006. Le charme d’un bourg préservé. La côte de rêve, certes fouettée par un Océan frisquet. Récemment, on a d’ailleurs même qualifié la région de Lisbonne, dans la presse anglo-saxonne, de nouvelle San Francisco.

La carte postale de l’Eden du passé…

À Comporta, la promo immobilière, sa complicité douteuse avec les élus, ont donc produit leur lot habituel de ravages et dommages. Comme partout ailleurs dans le monde…

Ni plus, ni moins

C’est logiquement devenu un regrettable boboland CSP+ étranger de plus (comme tant d’autres avant, en Algarve, de même en Espagne ou au Mexique, au Cambodge aussi). Bienvenue aux stars, parvenus, New generations aux selfies aussi décérébrés que l’époque est conne(ctée)…
Genre couverture du Figaro Madame, Gala et autres revues glam du monde entier pour salons d’attente… pré-covid. Y a plus de mags papier maintenant. Juste un écran, parfois… L’écran du vide mental ?

Les constructions à la va-vite de « ressorts et condomínios haut de gamme à la con ». Une pincée de murs à pan de bois, un peu de chaume en toit parfois, un peu de végétalisation pour faire vert et durable…

Vue sur cette zone en partie devenue un parc d’attraction habitatif CSP+++ de plus, à 100 kilomètres de Lisboa…
https://youtu.be/CSfuk4ZPCYw

#comporta #parallelespotentiels

Tout sur Comporta

Comporta est une paroisse portugaise de la municipalité d’Alcácer do Sal. La commune est limitée au nord par l’estuaire de la rivière Sado et à l’ouest par la péninsule de Troia, dont elle est séparée par le ruisseau de Comporta.

Comporta est célèbre pour ses plages de qualité et le climat doux pendant l’été. La plage de Comporta a du sable blanc et une mer bleu transparent de catalogue !

La grande plage, le parking et un bon accès – par un chemin de terre qui part de l’EN 261, avant d’atteindre Herdade da Comporta – dans une direction nord-sud – font de cette plage l’une des plus populaires et des plus appréciées de la région.

Pendant longtemps, ce fut le lieu choisi par les habitants de la campagne de l’Alentejo pour aller aux bains. Aujourd’hui, grâce à l’autoroute Lisbonne-Madrid, ce sont les Espagnols qui ont fait de Comporta l’un de leurs endroits préférés. Cette plage a reçu le drapeau bleu au fil des ans.

Comporta fait partie de la réserve naturelle de l’estuaire du Sado, «  ce qui lui donne les conditions nécessaires au développement des plus de 200 espèces d’oiseaux existant ici. » Pourvu que ça dure aussi longtemps que ça dore…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s