L’ange au sourire de Reims, série sculpturale

Skateurs entre Palais de Tokyo et Musée d’art moderne, Paris
Florence, Firenze
Université de Coimbra
L’ange souriant du portail Nord (de gauche), cathédrale de Reims
Ange souriant que rien ne dérange, pas même sa perte *
Bouddha couché à Nha Trang, Vietnam. Qui fut la ville du commandement japonais, puis américain, durant les « invasions » guerrières japonaises et américaines du XXième siècle.
Nha Trang, une promenade en décembre, la mer est troublée par les marées d’équinoxe. Sur terre, plus de colons ni d’envahisseurs, la paix est retrouvée

* L’Ange au Sourire de la cathédrale de Reims est sans doute l’une des œuvres les plus célèbres de la statuaire médiévale… Les anges sont très nombreux autour de la cathédrale de Reims. Pourquoi, l’un d’entre eux, a-t-il aujourd’hui volé la vedette à ses confrères ? (Extrait de la préface de Patrick Demouy du livre « L’ange au Sourire » de Yann Harlaut).

En effet la statuaire de la cathédrale de Reims  (2 303 sculptures) comprend de nombreux anges très souvent souriants. Alors pourquoi l’ange du portail nord de la façade principale est-il appelé « Ange au Sourire » ?

Lors de la Grande Guerre, la ville de Reims a été pilonnée pendant quatre ans par les tirs d’artillerie de l’armée allemande. Le 19 septembre 1914, suite à un bombardement, l’échafaudage situé sur le portail nord s’enflamme et le feu se communique à la charpente de l’édifice.

Une poutre de l’échafaudage en feu s’effondre et décapite l’ange. Sa tête tombe sur le sol quatre mètres plus bas et se brise en une vingtaine de morceaux, soigneusement ramassés et mis en sécurité dans les caves de l’archevêché. L’architecte Max de Sainsaulieu les découvre le 30 novembre 1915.

Le sourire énigmatique, plus que jocondien, de cet ange devient pendant la première guerre mondiale le symbole de la cathédrale martyre, puis de la ville de Reims. Il porte depuis le nom d’Ange au Sourire.

Après la guerre WW1, à partir des fragments d’origine, un moulage est réalisé (conservé au musée des monuments français) et la tête reconstituée. L’ange retrouve sa tête le 13 février 1926, puis est restauré en 2010.

<—- L’ange au sourire a été sculpté entre 1236 et 1245. Rien ne le dérange, sauf ce qui trop nous arrange ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s