Dans la forêt factice d’Eva Jospin, « le crime du musée est presque parfait »- Galliera

Les mini-forêts stratifiées de carton d’Eva Jospin sont minutieuses, étranges, attirantes, intéressantes. Des boîtes grandeur nature, grandeur humaine, un ingénieux dispositif un peu morbide. Car, vides de toute vie réelle, pure fiction, elles ont ce caractère un peu inquiétant, répugnant, des illusions auxquelles on s’accroche, peut-être…

De sorte qu’elles semblent nécessaires et belles aux yeux du regardeur, invité à errer dans une forêt naturalisée, un vide miniature. Et c’est là que ça marche bien, suédés installatios forestières matchent bien dans le cadre du Musée de la où elle s’expose à partir de la mi-novembre 2021. Un lieu, un espace très filmique. Où l’on croise des animaux morts, naturalisés à la perfection, comme encore doués de vie. Une vie immobile, un pur arrêt sur image.

Comme les œuvres d’Eva Jospin, qui n’est pas pour rien la fille d’un ex- Premier ministre, Lionel Jospin, lui aussi naturalisé par L’Histoire. Comme stratifié dans la fin du socialisme à la française, qui donnera ensuite Hollande. Qui sera trahi par son fils, Brutus, le jeune et vertigineusement intelligent Macron. Une vraie scène de chasse !

Un socialisme respectable, naturalisé par le temps, transformé en monstre néolibéral, c’est révélateur. Comme une forêt d’espoirs vitrifiés, rendus immobiles par un taxidermiste de génie. Un artisan travaillant très bien. Comme l’est Eva Jospin, font les savantes reconstitutions de bois secs vidés de toute substance fascinent. Et font frissonner. Font un peu froid dans le dos. Comme une forêt d’hiver si l’on s’y promène découvert…

Une forêt vidée de tout mouvement, de sa bande-son, de la musique de la vie et de ses habitants. Une forêt vitrifiée, muséographiée comme un pauvre papillon au bout d’une aiguille

Comme si souvent en cas de réussite, notre artiste s’est déjà vendue au luxe (Dior). Et ici la promotion de fait de la Chasse. Enfin, à son musée de vulgarisation érudite et chic du Marais. Étrangement nommé musée de la Chasse et de la Nature. Une Nature vide, sans chair.

Forêt naturalisee

Un musée situé dans un superbe hôtel particulier si typique du Marais, appartenant à une richissime dynastie de grands bourgeois chasseurs. Un édifice que nous aimons bien, au demeurant. Tant il est beau et bien aménagé, tant les expositions y sont belles, tant leur promotion est bien faite… A titre d’exemple, le podcast avec Eva Jospin et bien d’autres. Évidemment, ce podcast s’appelle  » Les rencontres sauvages ». L’artefact, l’illusion du soin pour la nature, reconditionné en démarches artistiques, est décidément presque parfait. Comme le crime du titre du fameux film d’Hitchcock ?

https://www.chassenature.org/podcasts/rencontre-avec-eva-jospin-autour-de-l-exposition-galleria

Mais qu’on ne s’y trompe pas, je ne tape pas à grand coups de branches mortes sur ce travail : ses installations m’ont toujours troublé, depuis celle qui occupait la Maison rouge d’Antoine de Galbert, à Bastille.

Et quand elle s’est acoquinée, frottée au monde du luxe avec de baroques installations de carton pour bois mort. Comme tant d’autres artistes l’ont fait depuis le début des temps et des mécènes éclairés.

Jean-Baptiste Othoniel par exemple, avec Chanel, récemment, lui est exposé au Petit Palais, avec ses interminables colliers, rubans de Moebius, rivières de perles d’or et d’argent… Que j’aime aussi. quelquepart. En tout cas dans le superbe jardin impressionniste du Petit Palais.

Comme une Nature… morte

C’est précisément ce trouble d’être devant l’artefact de la Nature, d’une Nature morte, minéralisée, effrayante en cela même, chez Eva Jospin que je souhaite creuser profond dans la terre de la vraie forêt idéale. Pas dans une forêt en carton d’artiste, une forêt vidée. Le ressac de la vie, de toute vie y est à l’œuvre. De troublante – et plaisante en un sens, de morbide façon, aussi… comme ce que la société a fait de la Nature. Le risque grandissant d’une forêt pétrifiée par les excès des industries humaines… D’une Nature aussi diminuée que l’homme se veut -et est- augmenté.

Les liens https://www.connaissancedesarts.com/arts-expositions/forets-grottes-et-jardins-les-mondes-en-trompe-loeil-deva-jospin-11165756/ https://www.chassenature.org/expositions/galleria – du 16 novembre 2021 au 20 mars 2022.

« Depuis plus de 10 ans, lʼartiste Eva Jospin compose des paysages forestiers et minéraux exclusivement à partir de carton. La sobriété du matériau initial et la présence monumentale des sculptures contrastent avec le caractère extrêmement minutieux et détaillé des découpes imitant avec perfection les détails des paysages naturels. Elle est invitée à l’automne 2021 à investir les salles du Musée… »

Un si beau musée, un bel accueil, c’est gratuit… Comme une trouble invitation ? Et l’occasion de visiter un superbe hôtel particulier. Comme le musée Cognac- Jay, autre fleuron du Marais, à quelques pas. Il propose actuellement une belle exposition sur « Les musées dessinés ». Ou comment faire d’une pierre deux coups. Et d’une forêt de branches factices… un univers artistique.

Dans ce genre, il y a aussi le travail du Brésilien Filipe de Oliveira , qui taillent de vrais arbres pour en faire d’interminables troncs vaguement viscéraux. Un travail très intéressant en installation in situ, n’est-ce-pas ?

Il y en a une à retrouver dans les sous-sols de béton brut, stratifiés eux aussi, du musée du Palais de Tokyo, à Paris.

J’adore ce travail, son trouble, le jeu des structures et colonnes, troncs gravitant, comme défiant les lois de la pesanteur. Et vous ?

Le palais de Tokyo est situé tout près de la flamme morte, de la sculpture dorée, le flambeau au bout d’une main planté à l’entrée du Tunnel de l’Alma, en hommage à la Lady DI. Pont de l’Alma, sur les quais. Encore une figure mythique stratifiée dans le souvenir que cette femme. Mais elle, personne ne l’a naturalisée. Heureusement que cela n’a rien à voir…

De bonnes visites vous souhaite ! Au musée, en forêt réelle de la splendeur automnale des feuilles aux mille tons, dans celles de l’imagination…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s