Les arbres de Giuseppe Penone à la BNF : le corps d’une arborescence, mon corps…

À la BNF (site Mitterrand), le travail de Giuseppe Penone – artiste issu du mouvement italien « Arte Povera »- me parle. Il travaille plutôt bien le bois, la forme de l’arbre, l’écorce-peau, la souche des choses et des êtres. Les réseaux organiques des arbres.

La peau, aussi, ici en marbre blanc de Carrare. Autant de troncs,  coutures, croûtes, veines et cicatrices résonnant en moi… qui me sens un peu comme un arbre transformé, diminué, augmenté par différentes interventions.

Ci-dessous, les yeux fermés sont faits d’épines d’acacia, du marbre blanc buriné au centre. Deux procédés me rappellant un peu les formes gravées au marteau-piqueur de l’artiste urbain Portugais André Farto, aka #vhils

Exposition « Sève et pensée »*, du nom de l’œuvre ci-dessus : l’écriture de l’artiste courant, coulant le long d’un tronc dessiné au vert d’un arbre sur 72 mètres, en deux colonnes d’une écriture très biblique. *C’est aussi le titre du livre dédié à son oeuvre par l’artiste.

Sèves et pensées valent d’être pluralisées

e suis et fus sève coulant, je suis pensée filante, de la sève ou autre suc s’est longtemps échappé de moi, filant, coulant, fuyant par une cicatrice inachevée. Deux fois la même cicatrice rouverte je fus et vécus.

J’ai pu mesurer son tracé, sa taille, ses contours, les pourtours, le poids d’une plaie à soigner pendant six mois. Mesurer la quantité de fluides s’en échappant au quotidien. C’était dans une chambre d’hôpital, puis ay domicile, en hospitalisation à domicile.

J’ai mesuré le poids de tout cela. Mon poids de peu. Il m’a mesuré. La quantité en décilitres de fluides s’échappant de vous. Coulant hors de vous. Cela occasionnant un ressenti « mi-figue mi-raison ». Faire bon poids, avoir bonne et mauvaise mesure, éprouver le temps coulant. Dans la forêt du temps…

Giuseppe Penone : Une exposition à voir jusqu’au 23/01/22. #bnf #paris

Pour mémoire : le domaine de Chaumont-sur-Loire, dans le cadre de sa programmation annuelle, expose régulièrement de belles oeuvres de Giuseppe Penone. En extérieur comme en intérieur. Exemple : un long tronc couché dans les herbes du parc de ce château, dominant suavement la Loire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s