Nomadisme numérique à Majorque : « Palma Coliving » soigne son habitat

Palma coliving a été fondée par Matthieu Zeilas et Hugo Grange, deux jeunes entrepreneurs français issus de la communauté des nomades numériques. Nous les rencontrons sur Google meet où ils présentent leur réseau de marque, qui se développera avec des ambassadeurs.

Mathieu en pleine action dialectique, sur la ligne de Maria Fernanda, responsable de la comm (ansi qu’une co-participante du meeting, en bas).

L’année 2020 a bouleversifié l’économie et le monde du travail, c’est peu de le dire… C’est aussi à partir de ce constat que Mathieu et Hugo, deux jeunes entrepreneurs français, qui se sont rencontrés sur zoom, ont décidé de créer la start-up Palma Coliving. Mathieu ( après des expériences personnelles allant de Hong-Kong à New-York, en passant par la République Dominicaine), avait déjà ouvert la maison à Palma de Majorque, la plus grandes des 4 îles de l’archipel des Baléares.

Hugo, après des expériences de co-working à la campagne, l’a rejoint pour mettre en place ensemble « ce qui avait du sens pour moi« .

Quoi ? La mer en bas, l’aéroport à 10 minutes, la végétation, un espace méditation et yoga, des partenariats avec des fermiers en circuit court…

La promesse de leur design de marque est là. Pour mieux la respecter et personnaliser les espaces de maisons coups de cœur, ils ne louent pas, ils seront toujours propriétaires des murs, avec des investisseurs. C’est mieux que les espaces de co-working formatés, trop gros…

Le développement

Il s’agit pour ce binôme d’appuyer le désir d’ailleurs de télé-travailleurs. Qui ont aussi un besoin accru de reconnexion sociale depuis les circonstances Covid.

En mettant à disposition d’ici cinq ans, une trentaine de lieux et villas équipées avec espaces de travail et relaxation, précautions Covid qui s’imposent, test Pcr a l’arrivée, etc.

Palma coliving ne s’arrête pas la, ils proposent chaque semaine des événements allant de l’atelier workshop pour aider les résidents dans le domaine professionnel, développement personnel, à l’atelier de networking. En cerise sur le gâteau convivial, des ateliers de cuisine, randonnées, yoga et autres services à la carte.

« Depuis son ouverture dans les Baléares en Juillet 2020, Palma coliving a reçu près de 200 demandes de télétravailleurs de plus de 15 nationalités différentes. « 

Moyenne d’âge : 30, 35 ans – Durée moyenne de séjour : 1 mois. Prix pour un mois ? 1000 💶 – Tarif dégressif avec un contrat de 3 mois.

Aperçus à Palma

La startup ouvrira très vite une deuxième maison à Valence ( la première est full et sur liste d’attente).

Elle a l’ambition de s’étendre sur 30 destinations au cours des 5 prochaines années, à l’aide d’investisseurs. D’ici fin 2021, deux autres lieux dans les mêmes villes ( Palma et Valencia) devraient ouvrir, ainsi qu’à Barcelone et aux Canaries. Soit 6 ouvertures en 18 mois…

Les projets à partir de 2022 :

Côte d’Azur, Grèce, Réunion, République Dominicaine (à Las Terrenas, ville très prisée par les Français et Italiens, en baie de Samana). Et Portugal (c’est logique, après l’Espagne)…

Aperçus de la Villa Valencia

La Villa Valencia, le premier espace ayant ouvert dans cette charmante ville, plus discrète que Barcelone, avec une architecture proche.
La belle place valencienne de l’église de la Vierge

Faire d’une pierre deux coups ?

C’est tout l’avantage de la formule du nomadisme. Il y a aussi ce besoin de reconnexion sociale avec des pairs.

Un ami, Rafael, s’est d’ailleurs ainsi installé dans une jolie petite villa à Valencia, après Bordeaux et Paris…

Instagram : @palmacoliving.co Une histoire plus complète sur ce site majorquin

Illustration avec une vid de Bruno Maltor, un blogueur voyage un peu connu (donc bien plus que l’auteur de ces lignes) vendant du rêve d’une façon pro :

COMMENT DEVENIR DIGITAL NOMAD 👨‍💻

« Ces 5 dernières années, j’ai eu la chance de vivre à New York, Saint Petersbourg, Prague, Lisbonne, Budapest, Séville et j’en passe … Tout cela n’est pas lié au fait que je sois blogueur voyage, mais bien parce que je suis « digital nomad ». Autrement dit : Je peux bosser d’où je le souhaite, j’ai juste besoin d’une connexion internet 🙂 Grâce (oui, pour une fois, on peut dire grâce) au Covid, de nombreuses personnes comprennent qu’elles peuvent bosser d’où elles le souhaitent aujourd’hui. De très nombreuses entreprises sautent d’ailleurs sur cette occasion : Spotify qui a lancé le « Work From Anywhere » il y a peu, Facebook, Twitter, etc. Cette vidéo date d’il y a bientôt 3 ans, mais je partage dedans de nombreux conseils qui vous expliqueront comment devenir digital nomad, les sites pour trouver des clients pour les futurs freelances, les erreurs à éviter si vous souhaitez vous lancer, et j’en passe 🙂 « 

#voyage #digitalnomad #freelance #nomadedigital

À Madère (île portugaise), des initiatives similaires ont été impulsées à Ponta Do Sol par un networker et des responsables institutionnels. Tour d’horizon…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s