Chronique cloîtrée d’un cerisier (l’homme est son propre ennemi)

Splendeurs et misères du confinement

Être son propre ennemi invisible est ubuesque, voire terrifiant !

C’est le printemps, 900 millions de personnes confinées en témoignent, bien malgré elles, dans 269 pays.

Le lendemain, au J7, on annonce qu’un milliard huit cent millions de gens le seront très prochainement. C’est vital. L’autre chiffre exponentiel, courant en parallèle, est viral. J7 -24/3/20 L’Inde s’y met le même jour que la Colombie. www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/coronavirus-l-inde-decrete-un-confinement-total-du-pays-pour-trois-semaines_2121817.html « Si ces 21 jours de confinement total ne sont pas respectés, le pays et votre famille vont revenir 21 ans en arrière », a estimé le dirigeant nationaliste hindou. »

[05/04 à 10:45] On apprenait enfin à mettre à distance la Machine- monde qui courrait sans tête depuis 150 ans. En accélérant sans cesse.

Tout recommencerait à s’emballer, ballon captif, prisonnier de l’entropie létale menant un monde à sa perte ?

[05/04 à 10:51]  Une remise à zéro des compteurs plutôt qu’une mise à jour de plus. Pitié, arrêtez avec les mises à jour. Refusez ces satanées MAJ dictatoriales du culte de la recherche de la meilleure des performances !

Une remise à zéro. À partir de celle qui est dans ma tête.
Dans les têtes de tous.
De tous ceux disposant d’assez de confort de vie pour pouvoir se poser ce genre de questions…Ce Luxe bienvenu : Pouvoir remettre en cause la course du poulet algorithmique sans tête…

Ubuesque situation que celle où nous sommes : nôtre ennemi invisible et bien visible est l’Autre, cet autre qu’il faut éviter.

Par distanciation sociale et gestes barrière. Comme si l’entre-soi ne suffisait pas ! C’est le grand écart social évidemment : entre la classe confort et l’entassement des défavorisés. Les pauvres…

Il faudrait pouvoir léviter… En suspension au-dessus des embrouilles du moment. Comme dans un tableau de Marc Chagall… où un personnage plane pour s’affranchir.

Oui, chacun voyait Midi à sa porte, tout en tirant la couverture à soi dans le froid de Mars revenu :

– Les conspirationnistes à poil et à crin – les altermondiastes ou écologistes claironnant au ressourcement et à la reinvention du monde et du soi – Chefs d’entreprises et dirigeants claironnant à la solidarité dans des éditoriaux écrits par leurs Nègres – les moralistes appelant a retrouver le sens des valeurs perdues des ingrédients de l’existence (ce qui n’était pas faux). Tous voulaient laver plus vert pour un monde meilleur après la Libération…

Et des personnes s’estimant heureuses de ce ConfineLand créatif, d’autres heureuses du temps retrouvé… puisqu’il fallait bien s’adapter. Accepter.

Il y avait aussi de jeunes trolls, rappelant la fonction de régulation du troupeau de population survieillissant par les catastrophes. Gloups!

Bon, de mon côté, je me sentais écartelé entre deux générations : presque bon déjà à disparaitre, mais pas encore. L’affaire de 20 ans…

Dans l’immédiat, plus d’envol possible. La compagnie Air France refuse de rembourser les vols, propose de modifier, mais aucune date n’est disponible dans les 4 mois à venir… Voilà qui est concret. C’est une question de survie aussi pour les compagnies aériennes et tant d’autres acteurs…

Mais Zut ! Impossible de s’envoler, de s’affranchir, de faire son Icare… Soyons des canards confits, ça nous évite de nous faire plumer par le virus.

Nôtre ennemi est aussi l’air qu’il faudrait presque démasquer

Il y eût d’abord un dimanche, le 15 Mars de l’an de disgrâce 2020

Oui, parce qu’il faisait beau
Que ça sentait le printemps
« ils » bravèrent le tabou en sortant
A tort et à travers

Sans raison autre
Que l’envie de vivre un peu
Ils furent foudroyés
par les Sages autoproclamés
pour avoir osé… sortir prendre le soleil et l’air illégal d’une (d)ébauche de printemps

Ce dimanche avait un goût
de fin du monde du lendemain

Et le lendemain, nôtre somme devient l’invisible ennemi.

Notre somme : Nous ( vous+ nous+ eux et moi et moi..) : autant d’ennemis en germe à éviter.

Loin des 🐦 de la baie de Somme…

Des particules en suspension d’un virus malin résistant jusqu’à 9 jours sur un écran de smartphone. Selon l’étude numérotée 2022. Ou 3 heures ou 3 jours ou… Les versions successives se contredisent !

Combien de temps ? 15 X 3 = 45 jours cloîtrés ? C’est vraisemblable. Au moins 30…

Comme il est difficile d’élargir un confinement, on rétrécit progressivement ce qui est possible de faire.

En Italie, où les morts se ramassent à la pelle ( imaginez au passage les difficultés techniques de la levée des corps), on a plus le droit de faire du sport seul.

Les marchés, jugés déraisonnables, étaient depuis longtemps supprimés. Nous gagnerions à nous transformer en statues de sel.

Mais tant qu’on est vivant… 1, 2, 3 Soleil !

J’avance comme jadis dans la cour de récré, yeux fermés, bras tendus, cherchant le soleil en face, caché dans mon Impasse. Une toute petite fugue. Non illégale. Un grand régal !

Le virus pourrait par ailleurs revenir à la charge cet automne- hiver. Je repense a cette scientifique croisée il y a 2 semaines sur la goélette Tara, amarrée aux Invalides. Elle disait :

« Des virus, je crois qu’il il y en aura bien d’autres par la suite... »

3 jours après le début du grand confinement, la surinformation devient telle qu’on ne sait plus au juste que penser ni croire. Les crédules relaient les pires avatars conspirationnistes… C’est un coup à Sanofi, c’est la faute à Pasteur, ils spéculent sur un brevet…

Les trolls font leur lobbying groupusculaire en tout genre…

Résister à l’appel des écrans, résister à la sidération qui en découle. Les théories conspirationnistes vont bon train.

Il n’y en a plus que peu, des trains… Le train de vie des plus chanceux les a emmené le lundi vers leurs résidences d’été. Tant mieux pour eux car…


Tout cela est bien embêtant, voire sclérosant, mine nos fonds de poche vidés, désorientés. Bien sûr, le virus mangea le travail pour toute l’année. Au moins…

Ces temps-çi seront
Une activation de plus
Du principe d’impermanence des choses. C’est quoi ?


Bien souvent… Savoir que tout ce qui semble solide, durable, permanent, ne l’est pas.
Cela avait été mon lot de consolation :
Ce que tu tiens pour acquis est plus volatile que tu le voudrais.

« C’est comme ça, la la la là » chantaient les Rita



C’est dans l’air
Encore quelques paroles
En l’air
Potentiellement
Contaminantes
Pistil, printemps,
Ici, longtemps…

Message de service
Je vais bien jusqu’à présent. Je suis les confignes. 🙂 Et vous-même, les 900 millions d’amis ?

Si si, et c’est à Stains.

Humanité- désastre, j’écris ton nom

Les réfugiés sont oubliés, les oubliés sont effacés sur le fil informationnel fusionnant sans fin

Absolument seul si ce n’est par téléphone et visiocall

L’Absolu ne dément pas
À ce grand marasme confiné on préférerait un beau lac. Suffit de l’imaginer !

Une étendue de possibles à étaler sur une plage

Avec possibilité de couper le soleil brûlant, en baignant sans fin en une eau matricielle que notre infinie capacité de nuisance n’aurait pas souillée

Une chaussette oubliée dans les tréfonds de tiroirs de nos mauvaises consciences


Oublié, l’incendie de Nôtre-Drame
Nous sommes un an plus tard l’incendie muet de la propagation virale

Tours duo, projet de réhabilitation de la tour Montparnasse

Confiné solitaire ou
Confinés together
Que choisir ?
On désire parfois
Ce que l’on a pas


Je suis les consignes. Je vais me réfugier au pied de l’arbre en fleurs dans mon impasse, dûment déserte, j’ai vérifié, c’est légal. Sauf quand ça ne l’est pas : 3 passants, ouh là !

Changement d’air

Je secoue ce cerisier en floraison pour 10 jours

ll neige rose de pétales à mes pieds quand je souffle vers le ciel

Bien sûr je m’autoportraiturai à ses pieds par réflexe pavlovien de l’ère du digital. Puis je jetterai la photo où l’oublierai. Mais Google la gardera…

Jusqu’à la fin du confinement

je chasserai les pigeons de mes rebords de fenêtre. Pistolet à eau, sabre-laser, soude caustique… Peu importent les moyens, cela occupe ! Ils sont aussi illégaux que l’air de ce printemps. Mon combat contre eux est celui d’un Don Quixote aux vains moulinets. Je leur chante d’ailleurs toujours le même refrain :
Allez roucouler en enfer !
Vous chasser ? N’ai presque que ça à faire !

Hélas…

Car…

Bien sûr, mon combat contre les roucoulants est sans issue. Chasser une colombe roucoulant à l’aube est une cause perdue : ce serait comme vouloir empêcher la montée de sève de ce printemps qui échappe aux urbains enfermés…

Un printemps incertain où seul le chant des oiseaux et des enfants par la lucarne de la salle de bains est certain et légal

En contre-plongée
Suivre les confignes


Être un fruit confit-né. Bloqué. disputant son nid à la cigogne. Elle, capable de s’envoler, de son vol lourd…

Nous, par les mots du collectif esseulé seulement, pouvoir s’envoler…

Confiné solitaire
Confiné together
Que choisir ?
On désire parfois
Toujours ce que l’on a pas

En rythme Binaire : Désirant ne pas l’être, seul/ content de l’être/ pas content…

Série cuisine de laboratoire
Liaisons inédites hardies
Sandwich Époisses de Bourgogne + sirop Rieme de violette de Morteau, Franche-Comté. Pas mal…

Je lance le viral…

Annulez2020

Justcancel2020!

2020 ou la chronique d’une année vaine…

🍒 sur le gâteau infernal, Trump réélu ? Certainement. Il fait feu de tout bois dans sa campagne anti- européenne. Ruinant les espoirs, entre autres touristiques…

C’est à se noyer dans du Ruinart ! Mais non,une coupe de champagne n’est pas antivirale, contrairement à un hoax ( une intox) qui circula en début de semaine…

Pourtant, il faudra de l’ivresse symbolique pour étancher la soif d’idéal. Et contrer la résignation des gens modestes.

Illustration en un supermarché de banlieue populaire du Nord parisien. Y respecte t’on les gestes barrière ?


Lundi 15, fin de matinée à la veille du grand ConfineLand national. Une longue queue. ils s’en contrefoutaient, les gens, des gestes barrières. Cette femme derrière moi, dans la queue de 100 mètres- où j’étais le seul masqué – que je repousse poliment d’un mètre. En lui disant, vous avez vu les informations, vous savez qu’il faut faire ça ! Elle réplique en me disant :

 » De toute façon, on va tous crever« .

Et change de queue. Sa version à elle de la distanciation sociale ? Le fatalisme sera notre pire ennemi… Cela me rappella Les Misérables de Victor Hugo…

Il faut dire qu’ici… dans ce quartier, je n’ai pas vu le moindre chien en laisse dans le quartier en 6 mois. D depuis que j’ai quitté l’entresoi de l’est parisien devenu un Boboland pour doubler ma surface. Une bouche de trop à nourrir…

===== {{{{{°}}}}} = Jusqu’à quand ?

Ça ne s’arrêtera pas… Le 1er Avril ?
吏
Pourtant, ce camembert a une bouche de poisson…

#confinement #lockdown #parallelespotentiels #delai #delay #france

Bilan (source : Préfecture de mon âme et du Surmoi)

Jour 4

Depuis que les paquebots sont partis, le canal de l’Ourcq voit revenir les cachalots, comme à Venise et Maroilles.
On se baigne avec les dauphins du canal Saint-Martin, m’informe Jeff ce matin. L’attestation dérogatoire le permet bel et bien. Mais évitez d’utiliser une solution hydrohystérique.
Bonus : Promotion au Franprix de derrière les fagots sur le confit de 🦆 urbain – ou humain- mijoté Maison…

Monologue-du-virus Un texte manifeste de plus. Une belle réflexion sur un autre Monde à créer… en mettant à profit ce désordre viral.

Ce sera toujours ça… d’appris !

Puissions-nous ne pas être broyés par l’implacable Machine néo- liberaliste suivant son cours productif élitaire, à notre détriment.
Nous sommes hélas son nutriment…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s