One night in Hong-Kong

Une nuit à Hong-Kong, en transfert vers Phnom-Penh,
forcement décalquante, la nuit :
Fausse fête, insomnie dans la chambre sans fenêtres d’un hotel borgne de Kowloon introuvable

Pleine lune
Cette nuit-là,
petite
fève
Du hasard sympathique!

Les gaufres à bulles de l’enseigne Lkk, l’air résigné (ou appliqué) du cuisinier qui ne fait pas grève pour des points retraite
La déambulation nocturne du bulleur vacancier le long de l’eau face au laser show de Noël en Skyline
Vu de la promenade de Kowloon

Le bar du Peninsula HK, le plus ancien de cette enseigne… Qui vient vous attendre en Rolls à l’aéroport ou à la gare.

Un tel transfert, l’avais vécu à Pékin, à l’arrivée du 🚆 de Shanghaï. c’est en ouvrant la vitre de la rolls vers l’hôtel que l’abominable odeur de plastique brûlé (métallisée, charbonneuse) planant sur la ville m’avait pris au nez et à la gorge…


Les urinoirs masculins en fausse pierre
À vue panoramique
au 28ieme étage du Peninsula HK
Permettent au client de pisser à travers les baies vitrées…

Du ciel
Vers la terre
Du bout d’une verge
Nonchalante

(et vice versa)

Louise Bourgeois, 1998

#poesie #instantsriedeliens #parallelespotentiels #hongkong #jemesouviens #toilettag #puravida

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s