Lille, « Capitale mondiale du design 2020 » : Inventer, se réinventer

En 2020, le design sera capital ! Car Lille Métropole sera Capitale mondiale du design. On ne l’attendait pas forcément au tournant…

La capacité d’innovation de nos amis Ch’tis devrait faire la différence ! On entend par là qu’ils ont su prouver une créativité raisonnée (et savamment débridée) lors de l’Année européenne de la culture, en 2004. Et depuis avec #lille3000. Une mine de retour d’expériences… qui a peut-être déterminé le choix de Lille face à la ville de Sydney, en short liste finale.

Il fallait aussi être une ville attirant vraiment du monde. Ce qui a conduit Saint-Étienne – positionnée sur le design avec sa biennale, comme l’on sait – à retirer sa candidature.

La grande fête de lancement public aura lieu le 6 décembre a l’occasion de la Saint-Nicolas. Si elle est aussi belle que celle qui marqua le coup d’envoi de l’année européenne de la culture « Lille 2004 », ce sera génial !

Le grand dessein

Il y aura une quarantaine d’expositions à partir du printemps. Après une phase hivernale de sensibilisation des acteurs locaux. Le programme sera en ligne en fin d’année sur le site dédié.

Parmi les designers participants déjà connus, citons l’une de nos préférées : Matali Crasset. Matali Crasset. On l’avait rencontrée dans son studio de création à Belleville en 2012. Pour une collaboration s une pelle à tarte avec le Chef- pâtissier Pierre Hermé… On suivra avec plaisir son (encore mystérieux) projet de maison à Lille Métropole, élue « Capitale mondiale du Design 2020 ». Qui devrait être annoncé bientôt…

Matali Crasset et l’un de ses vases pour la manufacture de Sèvres, en 2018.
Et en dessous, au générique du Doc France 5 à elle consacré, diffusé le 9/11/19 à 22h25. Et podcastable pendant un mois

Inventer, réinventer

L’objectif de l’année du Design est clair :

« Faire du territoire un laboratoire d’expérimentations à grande échelle. Citoyens, entrepreneurs, créateurs, collec­tivités, acteurs du monde de la culture et designers sont invités à imaginer et à expé­rimenter de nouvelles façons de concevoir, d’élaborer et de décider. « 

Le bleu du logo est officiel. Le rouge, préféré par le comité lillois, n’a pas été possible, confie le directeur.

Tous les acteurs pourront montrer les résultats de leurs initiatives, baptisées POC (Proof of concept/preuve de conçevabilite) en 2020.

Le comité d’organisation accompagne les porteurs de projets pour imaginer des solu­tions d’avenir. 100 projets « changeant le monde » seront sélectionnés et primés.

Le Comité accompagne citoyens, étudiants, chefs d’entreprise dans la maturation de leur projet afin de faire émerger les expérimentations.


Faire émerger 100 expérimentations qui changeront le territoire

Concrètement, il s’agira de mener des expérimentations, de créer des solutions liées aux enjeux économiques, sociaux et environnementaux de notre territoire. En associant pour le design industrielles de « grosses pointures » d’entreprise comme Decathlon ( qui a fait école) ou Auchan et d’autres moins connues mais plus en pointe. Disruptives, comme le dit ce terme un peu mode…

Le projet se matérialisera par un immense appel à projets, ouvert à l’ensemble des acteurs locaux. Baptisés POC (proof of concept), ou preuves de faisabilité d’une idée, ces expérimentations ont été lancées dès la fin 2017. Il y en a eu 500 ! Dont celle d’une de nos designeuses préférées : Matali Crasset.

Cinq types de publics sont invités à participer : les entreprises, les collectivités, les citoyens, les organismes de formation et recherche, les lieux culturels.

Un immeuble de la zone Euralille, proche des gares. OOn adore son style « Lego Mondrian » !

Un parcours qui sera certainement digne de celui de la rue Faidherbe menant à la grande place Cahours : Les dragons mexicains lumineux bordant la rue ont fière et cocasse allure ! Ils sont un « Eldorado » (du nom du programme d’inspiration mexicaine à voir jusqu’au 1/12, dans le cadre de Lille 3000, y compris à la gare Saint-Sauveur, une fabrique culturelle inventive). Qu’il fait bon les longer de nuit, ces dragons !

L’objectif est de faire émerger des centaines de projets, de les faire tester par des usagers, des citoyens volontaires, de les analyser et de les modéliser. Un groupe d’experts et d’amateurs sera ensuite chargé de retenir les cent meilleures démarches.

Hello Lille Métropole !

Souvenirs d’un vendredi studieux au Palais de la Bourse pour une AG, puis une visite guidée, un dîner typique dans un estaminet de la rue Gand servi dans son jus : » La Vieille ».

Lille en 3 choix proposés par l’Office de tourisme :

Un parcours bièrologie et nourritures terrestres. Ça fait du bien et c’est inventif… Bien sûr, en septembre, il y a aussi le festival bistronomique « Mangelille » associant chefs et habitants. Le design culinaire, oui, mais avec des portions… pas que décoratives ! On est dans le Nord ou pas ?

Design muséographique : les 3 musées phares de Lille Métropole

La Villa Cavrois de Robert Mallet-Stevens, à Croix, minutieusement reconstituée en 2015, est juste sublime !
La Piscine de Roubaix, bijou Art déco à fabuleuse collection, a connu une extension de 400 m2 en 2018. Faisant la part belle aux artistes de l’école de Roubaix. Cette ville liée textile est aussi fameuse pour ses ateliers de mode.
Le musée LaM de Villeneuve-d’Ascq est vraiment design et riche en œuvres. Il comprend aussi une merveilleuse collection d’art brut (7000 pièces) à découvrir.
La Piscine dans la pénombre…

Le LaM à Villeneuve-d’Ascq et deux temples de l’art déco : La piscine de Roubaix et la non moins mythique villa Cavrois de Mallet-Stevens). 

Troisième parcours.

Il s’agit bien sûr des lieux de mémoire des gueules noires du passé minier. Notamment à la mine et au Centre d’interprétation de Lewarde. Qu’on peut coupler à l’exposition polonaise en cours au Louvre Lens ( jusqu’à fin 2019). Les Polonais sont un peuple de mineurs qui furent parfois « embarqués » ici. Ceci expliquant cela…

L’ Ajt, Association des journalistes de tourisme, a pu découvrir tout cela, comme vous le ferez, dans le cadre de son AG.

Et en bonus, une nuit raffinée de Gala à l’Opéra. Un dîner orchestré par le jeune Chef de la fameuse pâtisserie Meert depuis un an, Tom Trycourties.

Il se trouve qu’il est l’ex-second du Chef Florent Ladeyn, au physique de Viking tatoué, très inventif… Qui a maintenant deux bistrots en ville. Le Bloempot, étoilé, et un second, ouvert en 2019…

En 2020, le design sera donc capital. Car Lille Métropole est Capitale mondiale du design

Une Capitale mondiale du design, c’est quoi au fait ?

Un projet de promotion d’une ville organisé par l’International Council of Societies of Industrial Design afin de reconnaître et de récompenser les réalisations faites par des villes du monde entier dans le domaine du design…

Cette année sera pleine de « choses faisables ». Ou « preuves de faisabilité« . Des pdf ? *

Le site de Lille tourisme : Lilletourism.com

#HelloLille, l’album :

https://photos.app.goo.gl/pZFwYfxWNWejfPGUA

* 2 suggestions de traduction de l’expression anglaise en vigueur pour désigner les 500 projets enregistrés en amont de la candidature lilloise. Des POC : « Proofs of concept ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s