Refuges d’art : ma nuit chez Andy, à Esclangon (04)

Une nuit chez Andy ? Oui, précisément en son refuge du vieil Esclangon, Alpes-de-Haute-Provence. Et sans lui. Juste avec son œuvre…

Ce fil décousu, recousu, comme un chemin à retrouver en soi… À accepter en soi

La randonnée circulant dans les terres rouges pour y monter. Au refuge du vieil Esclangon.


Ce court chemin en relief, un tube digestif d’arabesques qui scellait un destin du moment

Une nuit de fin septembre encore chaude, à 1050 mètres.

Cette œuvre, son essence était en mon regard, son image en moi me poursuivrait après avoir dormi près d’elle, dans le refuge. J’étais cette œuvre cheminant sur un mur de terre

Cela faisait longtemps que je voulais dormir dans ce refuge abritant une sculpture murale en terre rouge craquelée. Au-dessus de Digne-les-Bains, dans le 04. Les Alpes-de-Haute-Provence

Et un chemin vers l’impossible ?

C’est un serpent ou un chemin
ce jour-là, un but et pas un moyen.
C’est un peu mystérieux, une touche de mystique d’une nature revisitée.

Je sors 10 fois après la tombée de la nuit car elle est douce, hospitalière, striée d’étoiles à passages nuageux.

C’est encore plus mystérieux quand le feu de la cheminée en face en éclaire le relief, à la nuit tombée.

Après le picnic devant le chalet avec les amis partis, après le cheminement en montée avec eux.

Là où l’on a vu les terres rouges que l’artiste Andy Goldsworthy a utilisées pour la base de sa sculpture :  une glaise à prise rapide, un travail minutieux. Comportant un ferraillage fait de cheveux d’habitants recueillis chez deux coiffeurs de Digne-les-Bains !

La lueur du serpent tranquille,  rouge sur le mur, sous les poutres, à côté de l’escalier de bois menant au premier. Menant aux quatre emplacements où installer son tapis de sol…

Et se transformer en chrysalide nocturne dans son duvet en plumes de 🦆 ou d’oie.

La terre rouge en montant, dont l’artiste a fait une glaise. Belle petite montée en une petite heure, beauté !

Les Alpes de Haute-Provence, c’est la Provence avec un petit goût d’Alpes,  pour les amoureux de la randonnée.

Et pour ceux d’un art du cheminement subtilement concret. Des œuvres sentinelles investissant des paysages, des inscriptions dans la pierre, des jeux avec la pierre. Et ces refuges où passer une nuit d’exception. ..

Un ancien rêve se réalise, écho répercutant

Le parcours refuges d’art et chemins d’art en pays dignois permet tout cela. Gratuitement, en plus. Il suffit de s’inscrire et de passer prendre la clef au musée Gassendi, un astronome du XVIIe en plein Digne-les-Bains.

Une nuit chez Andy ( au refuge du vieil Esclangon)
C’est comme si ce court chemin en relief, ce tube digestif d’arabesques, cette sente, cette plante imaginaire, puisant ses racines d’un mur, était en mon regard, du ce n’est en moi. 
Après avoir dormi près d’elle dans le refuge

Cela faisait longtemps que je voulais dormir dans ce refuge abritant une sculpture murale en terre rouge craquelée. 

C’est un serpent ou un chemin
ce jour-là un but et pas un moyen.
C’est un peu mystérieux, une touche de mystique d’une nature revisitée. Je sors 10 fois après la tombée de la nuit car elle est douce, hospitalière, striée d’étoiles à passages nuageux.

C’est encore plus mystérieux quand le feu de la cheminée en face l’éclaire à la nuit tombée, après le picnic et la montée.

Là où l’on a vu les terres rouges que l’artiste Andy Goldsworthy  a utilisées pour la base de sa sculpture :  une glaise à prise rapide, un travail minutieux. Comportant un ferraillage fait de cheveux d’habitants recueillis chez deux coiffeur à Digne-les-Bains !

La lueur du serpent tranquille, rouge sur le mur, sous les poutres, à côté de l’escalier de bois menant au premier. Menant aux quatre emplacements où installer son tapis de sol…

Les Alpes de Haute-Provence, c’est la Provence avec un petit goût d’Alpes,  pour les amoureux de la randonnée.

Et pour ceux d’un art du cheminement subtilement concret. Des œuvres sentinelles investissant des paysages, des inscriptions dans la pierre, des jeux avec la pierre. Et ces refuges où passer une nuit d’exception. ..

Un ancien rêve se réalise

Le parcours refuges d’art et chemins d’art en pays dignois permet tout cela.

Gratuitement, en plus. Il suffit de s’inscrire et de passer prendre la clef au musée Gassendi, un astronome du XVIIe en plein Digne-les-Bains.

Tous les Refuges d’art de ce génial parcours de 150 kilomètres sont ici. Ils a aussi plein d’oeuvres à ciel ouvert A voir dans le lien en-dessous.

Allez-y (de mai à octobre) !
www.refugedart.fr/

Et trois sentinelles de pierre, des gouttes géantes, des cairns attentifs veillant sur tout cela.

J’aurais été ici

Après la fin d’un été

Qui dura longtemps

C’était aussi le mien…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s