Parcours Renoir dans l’Aube : coup d’Essoyes, coup de maître !

Pierre-Auguste Renoir sût si bien jouer sur plusieurs tableaux et lumière. Depuis 2017, il y a ceux de l’Aube, en Côte des Barr, à Essoyes en Champagne. Trente ans durant, Renoir passa ses étés dans une belle demeure à Essoyes… 

Un village tout chou, un peu perdu, qui se mérite et c’est bien ainsi : il faut le dire, son charme vient aussi de là : en termes de fréquentation, c’est l’anti-Giverny, pas de foule ! La maison et l’atelier du peintre Renoir sont séparés par de beaux jardins, les groseilles sont presque mûres quand on y va. On se croirait de nouveau en famille après un déjeuner dominical !

Essoyes, c’est dans l’Aube. à trois petites heures de Paris, près de Chaumont. Parmi les vignes (en tout, 7 cépages champenois sont possibles dans l’appellation, dont 4 très confidentiels). Il y avait déjà les tableaux et celles du Sud, coté Azur, dans la maison musée de Cagnes-sur-Mer, ouverte il y a vingt ans. Essoyes, c’est moins loin, et très intime.

Renoir en Champagne ? Coup d’Essoyes, coup de maître ?

Un « chemin Renoir » vous amène d’un lieu à un autre : de la maison familiale de Pierre Renoir, le peintre à son Atelier, du centre culturel d’interprétation (où l’on verra aussi la fabuleuse exposition sur le fils cinéaste Jean Renoir, accumulée par un collectionneur), des jardins à la rivière, des rues à la dernière maison des Renoir.
www.renoir-essoyes.fr

Essoyes : Un itinéraire-promenade tout au long de ce beau village

On passe au-dessus de l’Ource, la rivière de service, et son écluse au cours bucolique, qui me rappelle une fois de plus l’essai « l’Eau et les rêves » du philosophe Gaston Bachelard, un essai sur toutes les dimensions aquatiques et oniriques.

Dans une salle de la Maison Renoir (l’ancienne salle à manger de Pierre Auguste), vous découvrirez également l a très documentée et captivante exposition « Évocation de l’exposition Renoir de 1934 par Paul Rosenberg, au 21 rue de la Boétie à Paris ». Paul Rosenberg était un collectionneur très connu (moins que Durand-Ruel, qui aida tant d’Impressionnistes sans le sou à démarrer). Et accessoirement, le grand-père d’Anne Sinclair.

Il y la lumière de la peinture de plein air, il y a celle du cinéma, celle des plateaux ou des extérieur-jour. Les deux univers s’entrecroisent dans le centre culturel Renoir car l’œuvre de Renoir Père est « un film de vie » qui aurait pu être tourné par le fils !

Il y a en fin de parcours les tombes du père et du fils, également et différemment géniaux : Jean, l’autre maître de la lumière, celle des plateaux. Il est à l’honneur dans une exposition aussi, avec toutes ses affiches de film et du matériel de projection Pathé de l’époque. une jolie collection prêtée par un passionné bienveillant.

Au cimetière du bout du village, ils sont unis pour toujours, aux côtés de madame Renoir Père. Le lieu comte aussi des tombes de militaires étrangers des pays du Commonwealth, de pauvres soldats abattus durant la première guerre mondiale.

« Il faut embellir »
Pierre Auguste Renoir
(s’adressant à Bonnard ou Vollard)

Nous appartenons a ce qui nous regarde, dit la goutte d’eau. Des beautés nues, un esprit universel rayonne ici, dans l’atelier. Les 20 dernières années de sa vie, Renoir ne peint presque que des nus, « des visages un peu mélancoliques d’un paradis perdu », hasarde la commentatrice du film, qui a les traits d’une modèle du peintre.

Embellir le monde et sa vitalité

Par le paysagisme, la peinture de plein air, la pureté lumineuse des chairs, le grain de la peau, le bleu de l’eau… et le vert !

Avec un déjeuner champêtre en accords mets et vins !

Un champagne de vigneron indépendant, Rémy Massin, 30 hectares en Côte des bars, 4iéme génération, s’inspire du tableau  » Le déjeuner des canotiers ». Parmi les 9 cuvées Renoir de maisons de champagnes différentes de l’Aube. Convertie au bio depuis 20 ans, labour à cheval compris, ce producteur de champagne est depuis 2015 labellisé haute valeur environnementale. C’est toujours ça de pris !

Marion Cueille, la petite-fille, est depuis peu ici de retour, entre communication et vinification. Elle assure les visites oenotouristiques de la cuverie avec un regard éclairé et fin… Elle a du nez pour ses vins !

En haut de la colline dominant la vigne, le déjeuner champêtre associe des plats en verrines (livrés par un bon restaurant) à 7 champagnes. Les notes de dégustation de ces intéressants champagnes (dont le nature à dosage zéro en sucre) résonnent dans la mémoire en haut de la colline… Tarifs et renseignements sur le site Rémy Massin 

Au fait, il y a 7 cépages en tout en Champagne. Certaines cuvées en regroupent six… une rare prouesse ! Tenez, autre chose par capillarité : Covigneron.com, on peut y acquérir un ou quelques ceps de vigne. On aura 3 RV par an sur les vignes et une à 3 bouteilles. Carole Massin, ex-notaire, y représente d’ailleurs la Champagne. 

Venez « paysanner en Champagne » comme le disait Pierre-Auguste Renoir, pour découvrir la Maison de famille des Renoir (Maison des Illustres), les jardins, l’atelier du peintre et l’espace culturel Renoir.

L’exposition consacrée au cinéma du fils, le fabuleux Jean Renoir

L’exposition consacrée au cinéma du fils, le fabuleux Jean Renoir par un passionné collectionneur (voir sa photo dans la galerie) est un merveilleux domaine de la mémoire « Pathé ». Ce passionné donne ici à voir sa collection surgie d’une passion…

Flashback.  ici « on ne voulut d’abord pas d’un Renoirland. raconte d’une voix rauque l’ancien maire, qui a suivi tout le projet. Sophie, l’arrière petite-fille, une actrice, de la branche familiale américaine, revenue des USA, était d’un autre avis. Ainsi nait le projet qui remet la famille à l’honneur dans cette bourgade de 800 habitants.

Sophie vend alors la maison pour 600 000 : le même prix qu’un américain lui demande… En 2011, les trvaux démarrent, en 2017, on ouvre. La maison, dotée de l’âme de Renoir grâce au conseil d’un spécialiste, a été débarrassée… de sa salle de bains vert pomme par bon sens.

Remeublée de meubles et accessoires d’origine, elle vous attend, tout est dans son jus ! Chaque pièce est belle. Un fil très réussi… Le Renoir Land tant redouté a su se faire discret bien discret : tout est bon à prendre !

Trente ans durant, Renoir passa ses étés à Essoyes

D’où sa femme, Aline Charigot, venait. Le couple acheta cette belle demeure en 1896. « Renoir est né à Limoges et mort à Cagnes-sur-Mer, mais il est enterré ici : son attachement à Essoyes n’est plus à prouver », explique Dominique Gengembre, directeur de la maison et de l’Espace Renoir. Traversé par l’Ource et bordé de maisons à pans de bois, ce village de 750 âmes aimerait bien devenir un petit Giverny. Souhaitons-le lui !

www.renoir-essoyes.fr

2 réflexions sur “Parcours Renoir dans l’Aube : coup d’Essoyes, coup de maître !

  1. Merci de mettre en lumière ce village que j’adore (ma famille y est originaire) Il était temps de parler de Renoir à Essoyes, merci au maire Alain Cintrat qui s’est démené pour y arriver

    J'aime

    1. Merci pour votre lecture. Essoyes à effectué un beau travail de muséographie vulgarisée juste ce qu’il faut, restant rigoureux. Le spectre du « Renoirland », pour citer le propos du maire, est évité !
      Excellente expo cet été sur Jean Renoir aussi. Et celle sur Rosenberg…

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s