Il cultive son sel : Cedric Fortunier, saulnier sur l’île de Ré (ve)

À t’on toujours rêvé de devenir saulnier à Ré ? Cédric Fortunier l’a fait depuis 10 ans. Encore un reconverti professionnel, venu d’un autre secteur qui manquait de sel et d’air !

Il est indépendant. Il s’est servi du sel pour aller vers les algues comestibles comme la laitue de mer, qu’il aime autant.

On l’a formé sur le tas pendant un an : la meilleure formation, outre un stage de gestion, bien sûr.

Il a par la suite racheté à un confrère qui était sorti de la Coopérative reunissant les 60 producteurs de sel de l’île de Ré lui vendant leur production.

Donc, pour vivre du sel et de sa fleur, ce à quoi il est parvenu, il faudra, entre autres…

– Penser à protéger son mobile pour que le sel de vos doigts ne ronge pas le fragile point G de nos existences de dépendants tactiles : le bouton on-off.

– Il faudra être bon gestionnaire, sinon on s’emmêlera les pinceaux dans la compta, comme son prédécesseur.

– Il faudra adapter son calendrier à chaque pluie estivale. On le voit un jeudi, il a plu le lundi, donc il attendra vendredi pour travailler son sol…

– il faudra être la fleur de sel des intentions et de la motivation pour bien porter son nom : Fortunier.

– Peut-être avoir son charme à peine mûr et plutôt « handsome », le tout coiffé d’un chapeau de paille un jour d’été. Avoir son courage un jour d’hiver désolant.

– Cultiver sa différence et ses spécialités (6 variétés aux herbes et baies fort inventives). J’ai retrouvée sa fleur de sel sur la table du bon restaurant Prao.

Dans le Quartier Saint-Nicolas de la Rochelle, le petit Quartier plein de bons bars et boutiques insolites, à deux pas de l’hôtel Saint Nicolas, un ancien cloître donnant sur une placette tranquillou. Le meilleur spot de la Rochelle. Il nous rappelle la place Sainte Marthe et ses alentours à Paris 20. Le même genre de retrait cachant bien son jeu….

– Notre Icare des marais salants travaille avec les plus grands. Dont un Chef ** Michelin rochelais… Son témoignage vous apprendra pour fabriquer quoi. Des madeleines aux algues ?

– il faudra assumer de se faire piquer l’idée du premier  » automagasin » de produits : Une carriole de bord de route.

Les gens passant à vélo laissent les sous de leurs achats dans une boîte. Cela s’appelle une Honesty box. On en trouve, entre autres, dans des bars d’hôtel anglais ou allemands pour des consommations 24/24. Par exemple d’alcools forts (genre bars à gin).

4 concurrents ont fait pareil que Cédric depuis…

– Risque : S’y faire piquer des sous par 3 ados teigneux d’Ars en Ré. Jusqu’à les retrouver et les faire cesser. Tout en douceur. Parce qu’on est pas aux USA où ça finirait à la Winchester ou au Magnum (pas les glaces, hélas).

–  » on ne pouvait même pas porter plainte contre les ados : « il faut savoir qui ils sont, avant comme après… Mais depuis, ils ont cessé. Y a une justice dans sa terre…

Ce témoignage audio vous apprendra tout sur sa vie, les cristalloirs et carreaux qu’il manie : sa surface de jeu. Écoutez son portrait audio, vous verrez ses oeillets !

Portrait d’un saulnier de Ré : Cedric Fortunier

Son site : www.rivesaline.com

Destination Ile de Ré
https://www.iledere.com

Dormir à Saint-Martin en Ré

Hôtel **** Le Clos Saint-Martin merveilleuse vue sur mer, devant les remparts, à l’écart du tumulte estival.

Bien manger :

L’Avant-Port, le seul restaurant de l’autre côté de l’eau, à côté de l’écluse du bourg de Saint-Martin,

Site des 2 Charentes

(réunies depuis 2017, d’ailleurs) www.infiniment-charentes.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s