Villa de Seviac : le renouveau

Dans la famille des mosaïques gallo-romaines incontournables,  celles de la Villa de Séviac : une des plus vastes et luxueuses résidences du Sud-ouest de la Gaule dans le Gers. Ces exceptionnels tapis de mosaïques polychromes ornant sols et galeries à Montréal du Gers valent un beau détour.

Pourquoi on y va

Bien sûr, la concurrence est rude, les découvertes nombreuses et incessantes. Récemment encore celles de l’archeosite de Vienne (près de Lyon)…

La Villa Seviac vous mérite !

Car après vingt ans de travail acharné de quelques passionnés, le projet de mise en valeur et de restauration de la villa gallo-romaine de Séviac voit le jour.

Ce palais rural monumental du Bas-Empire romain de 6 500 m doit sa réputation à de vastes thermes (bains privés de 500 m²) et d’exceptionnelles surfaces de mosaïques polychromes dessinant sur 450 m² des motifs géométriques et ornementaux.

Daté du IIe au Ve siècle de notre ère, découvert en 1864 et révélé à l’issue de 30 ans de fouilles, ce tapis révèle le cadre de vie d’une famille d’aristocrates terriens des IVe et Ve siècles.

9zexwc4pxf.jpg

Les travaux, qui ont débuté à l’automne dernier, vont s’échelonner jusqu’au printemps 2018 en trois étapes :

  • remplacement de la couverture,
  • création d’un hall d’accueil
  • restauration des mosaïques

    En attendant la repose sur site de ces dernières, on peut les admirer jusqu’à la fin de l’été 2017 en avant-première à Eauze, dans la chapelle du vieil hôpital et à Montréal-du-Gers, dans l’atelier de restauration : 200 m² de mosaïques ouvert au public en avant-première.

     

La Villa de Séviac

est située au cœur d’un ensemble agricole et viticole, domine joliment la campagne environnante. Elle possède un plan classique mais monumental organisé autour d’une grande cour à péristyle qui correspond à sa configuration au IVe siècle.

Elle illustre la façon dont la mosaïque était utilisée comme élément de décoration intérieure d’une grande villa à péristyle de l’Aquitaine méridionale :  un rôle essentiel, tant pour la décoration des galeries et des couloirs que des salles de réception et des thermes. Les compositions sont essentiellement géométriques ou florales et déclinent des thèmes privilégiés, comme l’acanthe et la vigne.

3pwg9i5yl9.jpg
La mosaïque occupe une place importante du décor au sol

Elle recouvre initialement les espaces de circulation – galeries du péristyle – et les espaces ouverts au public – vestibule, thermes – puis gagne en importance : dans la première moitié du Ve siècle, elle orne plus de 55% des sols de la demeure.

Une production de L’école d’Aquitaine

Cette école se caractérisa d’abord par des trames et des décors géométriques, puis l’apparition de motifs végétaux débouchant, dans le second quart du Ve siècle, sur des réalisations très originales comme la mosaïque aux arbres qui couvre le seuil séparant les deux espaces de la salle basilicale de l’archeosite.

3pwg9i5yl9

logoelusa.jpg

Accès route 

Agen : 1h00
Bordeaux : 1h45
Toulouse : 1h30
Tarbes : 1h30
Pau : 1h45
Mont-de-Marsan : 50 mn
Auch : 45 min

Visites : tous les après-midi  de 15h à 18h sauf dimanche et jour férié jusqu’au 17 septembre inclus.

Tarif : 2 euros pour les visiteurs de plus de 16 ans

Plus :  www.elusa.fr

A propos de l’école d’Aquitaine

On a coutume de désigner ainsi les décors en marbre et surtout en mosaïque réalisés dans le Sud-Ouest entre la fin du IVe et le VIe, voire le VIIe. Influencés par l’Afrique, mais aussi l’Orient et l’Espagne, tout en marquant leur spécificité, les artistes/artisans aquitains emploient les marbres pyrénéens pour sculpter chapiteaux de colonnes et de pilastres ou sarcophages. Ils utilisent des matériaux plus variés (marbres, roches dont l’ophite pour sa couleur verte, terre cuite, pâte de verre) pour la polychromie des décors de mosaïque.

Les réalisations les plus originales peuvent se concentrer au Ve siècle, et Séviac en offre de très beaux exemples, qu’il s’agisse de chapiteaux de pilastres ou de mosaïques. La mode est alors aux représentations végétales, plutôt destinées aux pièces d’apparat.

Les motifs, qui donnent une impression de liberté malgré la rigueur de la composition, accordent une place de choix à la vigne, comme reflet d’un élément majeur de la prospérité des aristocrates aquitains. Santé !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s