Le Rimbaud des Airbnb (en bien comme en mal)

Poster un commentaire

juillet 25, 2017 par Parallèles Potentiels

Improbable nuit

Comme on les aime

Dans une pension

de retraités des Açores

Ouverte a rbnb depuis un mois pour rentabiliser une aile désaffectée de logement social. Quel boum, cette affaire de rbnb, en bien comme en mal, en charme des rencontres de hasard

En charme de circonstances

Je suis en rubrique

Douces joies

des hasards airbnbiens
Je suis le Rimbaud des rbnb

Laissez moi le vent

Laissez moi le temps

Je sèmerai le tentant

Je serai si traçable numériquement que mes semelles en seront toutes usées…

Dans cette ère ou nous nous noterons les uns les autres en un monstrueux scoring, j’errerai…

Comme ce chat du Airbnb d’Ajuda à Lisboa

Chat du matin

Interdit au jardin

Par sa propriétaire

Mission : Surveillance et confinement, pavillon à moi seul pour 2 nuits. J’ai claqué la potte en partant…

sans fin

===

Je ne sais qui je fus

Ce qui fus

Encore moins

ce qui sera

Mais, mais, mais, meeeeee…

je te propose d’aller mater la mer

Après le train

De marcher

de Cascais à Monte de Estoril

le long de la mer froide ce juillet

(16。)

D’aller voir la mer avant qu’elle ne nous mate et démâte.

Pourquoi pas après du coté de Guincho

Ou d’Ericeira en bus ?

Ou alors Arrabida

Aux trompeuses allures de marquise des Tropiques

Au pied de Sintra
Ericeira où les vagues tapent si fort

Qu’elles ne s’en souviennent

Jamais

Et, une fois encore

Ce qué séra, séra !

Ce qui sera

Sera
De préférence

Dans de beaux draps

D’écume

(De toi)

===

Je ne suis rien ni personne

Je le vaux bien

Je le vent bien

Comme celui soufflant à Lisboa le soir

Tandis que je fête les 26 ans d’une amie du soir.

Je suis le Rimbaud des rbnb

Le plus souvent des gourbis

Parfois presque des taudis

Parfois un charme fou

Du semi luxe, aussi

Je ne suis pas un Rambo de la vie

Winneuse

En guise de carrière, je file mon bonhomme de coton, je délie ma pelote de dentelle d’existence, le nez dans les figuiers et les jasmin. Avec ma tête de vieux jeune chien fou fané comme ces fleurs dans ma poche prises et vidées chaque jour.

Et j’aime ca, après tout

Oui, j’aime presque tout de cela

Passant de l’un à l’autre, jour après jour, du Cambodge à Barcelone, de Munich à Londres, de Saigon à Hanoi, Sisteron ou les 3 quartiers à Marseille en mai

De soir en soir, je délie ma pelote, je change d’endroit, petit dejeune avec des gens jamais revus. Comme ce que j’ai fait de ma vie de nomade sociologique inter tribus

Du nouveau chaque soir

Un tourbillon bilboquet

Passant du rbnb de Penha de França a celui de Belem sur jardin, demain. Enfin tout à l’heure. Dans 3 heures.

J irai en tram 18, après le 735 jusqu’à Cais do Sodre. Je quitte Penha,après le coiffeur indo portugais du Penjab à 4, 50 qui m’a fait du bien. Une nouvelle coupe, c est une nouvelle petite vie d’un mois et demi.

===

4 vues du mont Gaudi Nocturnis

2 fleurs de lauriers à senteur différente, blanche, orangée.

2 feuilles de figuier des hauteurs de Barcelone d’une promenade que je ne referai jamais, montant juste comme ça, toutven haut du haut, après les budonvilles, à Rio en 1992

Passant cette fois ci, en 2049, par une mediathèque après un parc ou je joue avec trois enfants à jamais inconnus. Ils ne sauront jamais qui je fus. Moi non plus.

Moi aussi

Arrêt lecture de magazines, espagnols, glanage de livres inconnus comme autant de fleurs éparses dans ma vie.

Montée salutaire dans l’air vers les hauteurs de Barcelone dominant tissu urbain au traçé en damier si régulier, dominant tours et mer, me débarassant des meutes touristiques en bus ou hordes…

d’en bas des villes

Version accroche blog voyage simplette :

Rejoins moi (dans un monde qu’on a refait en mieux, avec de vraies poignées d’amour et d’espoir) à Barcelona, Spain.

Allez, viens mon bisou !

===

Énoncé phantasmatique du jour : Dans ma prochaine vie, je deviens richissime mécène. Comme Peggy… Guggenheim.

Avec vie de Palais (et non plus clapier) à Paris, NY, LA, Venise. Et optimisation fiscale d’enfoiré du jour 100% délocalisé.

En plus, je ne serai plus obligé de me perdre en détails mesquins ou relations avec les médiocres Patriciens (ou praticiens) et autres beaux dominants aux commandes du monde comme des choses de peu de la grande entreprise reine.

Sa démente majesté Corporate menant le monde à sa perte a grands coups de lobbys et de luttes d’influence stupides.

En rubrique : ça ne sert à rien, mais qu’est-ce que ça soulage de le dire…

===

BCN MAD LIS

Luz boa ! Après nuit blanche en bus de l’enfer ravitaillant toutes les gares impossibles. Ce pignon commémoratif de la fleur au fusil révolutionnaire portugaise a poussé entre printemps été. Amusante charte graphique, ici décalée. Me rappelle l’art officiel au Vietnam vu l’hiver dernier…

Vu en début de pelerinage du quartier de

Penha vers Graça.

#lisboa #parallelespotentiels #streetart

===“Ce que Freud a posé, c’est que la sublimation n’était pas l’envers de la répression, mais un agir, presque un instinct de beauté. Oui, Freud, en explorant cette capacité de l’être humain, a fait une trouvaille géniale quand il désigne dans la sublimation non une propension au fantasme, ni bovarysme de l’esprit, mais un des destins de la pulsion. La pulsion a un autre talent : elle invente, elle propose, elle trace des arabesques là où tout est muré. C’est l’anamorphose qui révèle dans l’ombre portée du crâne, des paysages. C’est le délire du fou qui révèle une vérité enfouie, inaudible. La question du délire est intéressante, d’ailleurs, pour qui s’intéresse à la psychiatrie. Car le délire aussi est une forme de sublimation. En ce sens, les délires pauvres ou empêchés par les médicaments disent bien notre forme de puritanisme. Car la pulsion de sublimation est aussi épocale. Tel l’art zen du tir à l’arc ou l’art du désordre dans le jardin anglais, elle appelle chez le sujet un consentement à se passer de l’immédiat pour la beauté du geste. Citons quelques exemples de ses conquêtes : l’art baroque, le trait d’esprit, l’équation mathématique, le pas de danse, la corrida. La sublimation, pour Freud, était la clé du processus de symbolisation. Elle articulait pulsion et langage, affects et valeur. La sublimation ne nie pas la réalité, elle en reconnaît la contrainte mais elle passe outre, et au passage elle invente un langage. Freud aimait citer ce mot de Pierre-François Lacenaire, qui, appelé à être guillotiné à l’aube, s’était écrié en trébuchant sur un pavé de la cour : «Voilà une semaine qui commence mal.» Et Freud de conclure avec humour : voilà le parfait dépassement de la névrose ! Sublimer n’est pas éviter la mort mais faire un dernier tableau avant la mort dans le dos. Le réel n’est pas nié, ni même évité, il est surmonté. Qu’a donc la sublimation de si dangereux pour être dans une si mauvaise passe ? Le couple refoulement-sublimation, qui caractérisait le XXe siècle, est-il en train d’être remplacé par le déni et le passage à l’acte ? Un monde qui parvient à sublimer est un monde qui prend une forme, qui n’est pas informe comme l’actuelle confusion générale destine le nôtre à l’être.”
Anne Dufourmantelle

(in Libération du 9 juin 2016)
===

A propos du dernier male dominant de service : Forcement, il en a une plus grande : « Jusqu’à présent, le format de la photo officielle du Président de la République était de 50×65, allez savoir pourquoi, celle d’Emmanuel Macron est de 50×70 »

http://www.20minutes.fr/politique/2106599-20170719-emmanuel-macron-photo-officielle-oblige-36000-maires-france-racheter-cadre

===

Posso tomar um café bem quente com tigo ?

Puis je prendre un café bien chaud,avec toi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email to follow that flow/Pour suivre ce blog

Rejoignez 2 045 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :