Kampot, Kep, Eden fictif du souvenir

Poster un commentaire

janvier 28, 2017 par Parallèles Potentiels

Trêve d’arc-en-ciel !
J ai du Kep dans la tête,
du Kampot cambodgien *
où je me suis baigné dans la phosphorescence des lucioles
Samedi soir
Merci pour cette pensée !
Apres une excursion au casino fantôme du mont Bokor remonte a la tête
le souvenir sinuant de la piste rouge cahoteuse de 4 km menant
en tuk toc tac
Vers l’Éden Eco village
Et son professeur de yoga barbu
désaffecté par manque de clients
Les deux dames cham
préparant à manger
les bruits de la nuit
le gardien dans son hamac en bas
de ma hutte me réveillant à 6 heures
L’appel du muezzin à cinq heures
toujours surprenant
en Asie
On se rendort après
Les maisons cham le long de la route
Les Cham vous regardant avec une curiosité
parfois teintée d’un vague effroi dans les yeux
Toi, au Greenhouse tenu par des français, rive droite
la route y menant je crois était plus rectiligne
Il me fallait ensuite faire appel au passeur en barque pour rallier mon côté
En descendre les pieds dans un bain de boue
Ou je ne me serai pas fait masser
Pour tout l’or du monde
L’aider à pousser le bateau pour traverser
16142926_10154972828268734_1332863217632611220_n
Marcher 50 mètres jusqu’à mon ponton
Et derrière, ma chambre surélevée sans ventilateur
décente ventilation naturelle
D’où j’eus vue sur le trancheur de coco
Dimanche matin
Un bonheur rien qu’à y penser
A peine passé
Ce passé
Qui nous fit
rencontrer en un bateau otresois
Plage idyllique d’Otres II
3 iles en quatre heures
Saut d’un rocher
vertigineux comme je ne pensais
Plus m’en accorder
du 7, 8 mètres à vue de nez
L’indonésienne sur la plage
Le café guest house new age dans le bois derrière
où l’on servait des milkshake et des gâteaux
à la MarieJeanne  que je n’ai pas goûté
La hollandaise chercheuse sur le cancer du pancréas
qui me parle du nouveau test sanguin en dépistage de cancer :
un progrès considérable
Puis une autre fois, surenchère dans un bus
Nous nous y recroisons
par hasard
Parmi d’autres
De quoi avoir la foi
Des temps courants
Dorénavant froids
Après le courant chaud
De l’onde passagère
Les lucioles luisant sur la peau nue dans la nuit
Otres, autrefois,
Otres maintenant **
PS : pardon, c’est plus fort que moi :
la tentation de narration.
Pourquoi résisterai-je à ce petit plaisir ?
En rubrique : je me souviens de votre/notre hutte par deux fois abordée un soir et son lendemain matin à la nage, à deux mains sur l’échelle glissante. Entre ascension au mont Bokor, limbes, lucioles
tuk onirique, baignade tropicale
tac de l’écho mémorielKiss Kas !
C’est la reprise… de chauffage de l’autre côté du monde

ça part poésie pour résister…
Fiction hybritant réalité
comme les gigantesques racines des ficu
le font sur la pierre laterite des temples
D’Angkor Vat
* Petite ville cambodgienne connue des spécialistes pour son poivre IGP vert, noir, blanc
**I came from Sihanouktown. Well i knew that city’s reputation, just stayed one night to check. I stayed at Victory Hill in a quiet part at Tiki guest ran by french Jeff. The Little beach 5 mn down the hill by foot is ok. Caresse de l’eau chaude sur la peau, vieux candélabres du temps colonial le long du ponton, à peine quelques déchets sur le sable.
The rest of that city is a bit sad, full of old lonely Western folks and freaks. A little Phuket.
Go to Otres II in stead. 9km from
SICK…HANOUKTOWN.
Otres has much more charm, and a nice beach.
Even with the recent (6 Jan 17) accidental fire at Elephant Garden guesthouse near my guesthouse, Otres Marina, ran by a Manchester drinker.
The fire at Elephant was caused by a german boss who had put gasolin into his still working generator. And then has ran away with his passport, leaving every guest into distress….
Kep is nice too, especially at Samanea Resort, a Secret Retreat lodge where i stayed 3 nights… 207 wild Pontoon. The bokor mount on the other side after Kampot bay, at the end of Cardamone and Elephants mountains…
Kep National Park is nice too… Par contre, la randonnée touts eul y est spéciale après que Try vous ait raconté juste avant de vous y déposer comment il sétait fait mordre par une vipère de Birmanie dans sa villa juste en contrebas du Parc National de Kep, deux ans plus tard. Et de vous raconter le long suivi en toxicologie qui s’ensuivit…
Du coup, on marche prudemment, on va quand même grimper sur les rochers car c’est plus fort que soi depuis l’enfance, mais la gorge un peu nouée…

Bonus en Guadeloupe

Bonus en Thailande

 

Et enfin…

Bonus transcendant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email to follow that flow/Pour suivre ce blog

Rejoignez 2 059 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :