Mont Athos, mer Egée, Aristote en colline

Poster un commentaire

novembre 17, 2014 par Parallèles Potentiels

Composer avec le réel, chercher l’idéal. Que penserait de ce qui suit Aristote, né ici, à quelques pas du Mont Athos, il y a 2300 ans, lui qui enseigna tant de choses au jeune Alexandre le Grand en gravissant comme nous la colline de Stageira, dont les vertus des 400 plantes et herbes qui y embaument l’air ? Par terre, les cailloux ont des éclats argentées, il s’agit d’éclats de zinc… En haut, on arrive à l’Agora où Aristote faisait ses discours. On y croise une jeune philo touriste de blanc vêtue lisant un texte ancien avant de se baigner en contrebas. En arrivant en voiture, on est passé par le village d’Olympiada, du nom de la mère d’Alexandre (rien à voir avec l’Olympe, située dans le Sud grec). Il est reconnu pour sa plage et sa moule labellisée, délicieuse en beignet goûté dans le restaurant du Capitaine Maniolis, en face de ses 2 bateaux emmenant visiter la belle zone de myciculture. Mais nous, on s’est pris un déluge ce jour-là, donc, pas de ballade rêvée en mer, comme indiqué sur le programme plus bas… *

Avant le village natal d’Aristote, on passa devant la mine d’or où puisait déjà Alexandre (356-323 av. JC.) pour ses conquêtes asiatiques. Elle est toujours active : la compagnie canadienne El Dorado s’est installée en 2012 pour exploiter 5 métaux aux alentours. Cette région moins connue que les temples antiques du sud de la Grèce est depuis les années 70 une terre archéologique majeure. Sur le site d’Amphipolis, à 50 kilomètres, un majestueux tombeau de marbre (importé de l’île de Thassos), des cariatides, deux sphinx ont été découverts début septembre. Suspense : les hypothèses évoquent Roxane, l’épouse perse d’Alexandre, Olympia, sa mère, un de ses généraux…

Stagira
L’Agora où Aristote faisait ses discours. On y croisa une jeune philo touriste de blanc vêtue lisant un texte ancien avant de se baigner en contrebas.

Au loin le regard porte, bien au-delà de l’île d’Ammouliani s’étirant à 10 minutes de bateau. On y devient très philosophe en se baignant dans la chaude mer Egée. On peut y louer de beaux appartements (tout cela et bien des excursions se trouvera sur le site). On peut dormir juste en face, côté côte, déjeuner devant la mer à l’Eagles Palace Hotel & Spa, dont le jeune chef fait merveille avec des produits locaux, bio, tout ce qu’il faut. Oui, Aristote eut apprécié ce séjour et cette table car ils transcendent le beau. L’essentiel est toujours ailleurs, peut-être dans la force imaginaire de la dette de l’Occident vis-à-vis de la beauté grecque (et vice versa). Dans les ballades sur les 300 kilomètres de sentiers de randonnée. Celui des champignons glanés à Cholomontas, qu’on peut cuisiner en atelier ensuite, celui du parc aristotélicien de 32 kilomètres. Au bout de ce sentier, deux cascades vers lesquelles on descend avec un petit frisson d’aventure vers la rivière coulant depuis l’Antiquité.

Nous sommes en Macédoine, Grèce du Nord, à 200 kilomètres de la frontière bulgare et 100 de Thessalonique (seconde ville grecque) dans la préfecture d’Halkidiki. Un bout de continent que prolonge 3 péninsules (qu’on qualifie ici de jambes ou de doigts). La péninsule de droite est celle du fameux Mont Athos (2300 mètres) qui a inspiré tant d’auteurs… La millénaire république athonique est peuplée par 2200 moines dans 18 monastères (15 grecs, deux russes et un serbe). Des ermites anachorètes vivent encore sur les hauteurs des flancs du Mont, avec potager et presse d’huile d’olive. Le mont Athos est un Etat dans l’Etat grec, interdit aux femmes. Faisant exception aux règles de libre circulation dans l’Union européenne, il forme une république autonome.

Sommet monacal et délices. Pour peu qu’on soit un homme, on peut s’imprégner de la solitude sommitale en demandant un laissez-passer (2 mois à l’avance, pour 3 jours de visite). Tourisme religieux, expérience de découverte, c’est au choix. Madame pourra pendant ce temps longer la zone athonique en bateau pendant 3 heures de beautés côtières, visiter les élégantes ruines émouvantes et mosaïques patiemment recomposées du monastère de Zigou, juste à côté. Durant la croisière, on distingue quelques vignobles des trois domaines vinicoles de la zone (200 hectares en tout, dont 100 pour celui qu’on visita, Metochi Chromitsa). Label monastique oblige, Ils marchent plutôt bien à l’export, comme les icones produites aux portes du Mont Athos par les marchands du temple, dans le village d’Ouranopoli, sous l’autorité des moines. Certains participent au festival d’arts de la table Kouzina (du 15 mai au 15 juin) avec démonstrations de cuisine monastique ancestrale, aux cotés des meilleurs restaurateurs.
sfyridhs 024

Monastère Zigou1
Zigou, traces monastiques accessibles aux dames.
sfyridhs 024
Monastère Sfyridhs, l’un de ceux de la tournée côtière,
qui vous mène en bateau d’illusion égéenne…

Chercher l’idéal, composer avec le réel… Pour les icones, les affaires avec les touristes russes sont à la baisse depuis la crise ukrainienne, me confirme un boutiquier du front de mer, à gauche de la tour byzantine restaurée dans les règles de l’art. On y resonge en goutant l’un des vins de Claudia Papayianni, une germano grecque qui a crée son domaine en bio il y a dix ans. Le lendemain, c’est un café frappé à l’Alexandros Palace. Vue imprenable sur l’île Ammouliani compensant les petits défauts de la suite junior. Au buffet, à la plage, le babil des clients russes contribue à faire perdre tout repère, comme dans le village préservé d’Arnea à architecture macédonienne, entre Grèce et Bulgarie. En fond sonore, la musique du fameux Zorba le Grec remet les pendules à l’heure. Son héros, Georges Zorba (ami de l’auteur grec du roman, Nikos Kazantzaki) vécut 30 ans à Paleokastro, près d’Arnea. Et fut un temps moine au Mont Athos, après avoir perdu sa femme.
http://en.mountathosarea.org
Un hôtel : www.eaglespalace.gr

Mon article ici, paru dans Où ? automne 2014, puis divers développements sur des auteurs qui furent inspirés.
Ou20 Athos_Page_1

Ou20 Athos_Page_2
Chercher l’idéal, composer avec le réel. La République autonome athonique a t inspiré tant d’auteurs Le Corbusier, par exemple, en parle dans « Le voyage d’Orient », ses deux années de pérégrination jusqu’à Istanbul, de 15 à 17 ans, après qu’il ait travaillé comme apprenti dans la minutieuse horlogerie suisse et quo’n lui eut conseillé d’entreprendre une sorte de voyage d‘apprentissage, sans qu’il s’agisse de compagnonnage. Les observations recueillies durant ses deux années ont contribué àfaire de lui par la suite l’architecte autodidacte de génie que l’on sait.

4 auteurs récents, sans compter leurs prédécesseurs depuis 1000 ans. Parmi ceux ci « Un voyage au Mont Athos » le récit par un auteur un peu sulfureux, François Augérias, d’une double initiation, mystique et sensuelle. Allant de monastère en monastère sur la Montagne Sainte, le voyageur prend peu à peu conscience de son véritable Moi. Refusant de revenir chez les mortels, il se retire dans la région des cavernes où il accède enfin « à cet Etat pur que l’Occident s’obstine à vouloir appeler Dieu ». Mais l’esprit habite la matière et ce qu’Augérias appelle la Claire Lumière Primordiale (ouah ! ça fait matériel sectaire, cela, non ?) illumine autant les secrets de la nature que les mystères de l’âme. François Augérias appartenait à ces esprits libérés des contingences qui forgent leurs propres mythes et leurs propres religions dans une solitude sommitale et dont l’oeuvre se crée hors de toutes modes comme de tous dogmes. Bon, on vous laisse imaginer les méandres de sa turpitude rectiligne…

Plus récemment, un aigrefin municipal, sans envergure, mais malin se planqua dans cette drôle de République autonome a pendant 8 ans. Il s’est fait rattraper entre deux monastères le 12 novembre dernier. Il était devenu en langage media faits divers le « fugitif du mont Athos ». Ancien directeur financier de deux municipalités de la banlieue d’Athènes, « Condamné à trois reprises pour détournement de fonds, cet homme de 48 ans se cachait depuis huit ans au mont Athos et se faisait passer pour un moine novice », explique I Kathimerini. To Ethnos, de son côté, ajoute qu’il a été condamné pour avoir détourné 9 millions d’euros, sans compter les condamnations pour fraude ou contrefaçon. Et c’est chez les moines qu’il pensait trouver le salut ! » Malgré tout, « la police l’avait repéré et a procédé à son arrestation hier » alors qu’il tentait de se rendre dans un autre monastère en bateau…

Précisions, anecdotes : e territoire du mont Athos est isolé de la Grèce par une clôture de 9 km. Le seul accès possible se fait donc par la mer. « Les visages lisses », c’est à dire les femmes sont interdites, ainsi que tous les animaux de genre féminin (sauf les poules pour les oeufs). Il y eut néanmoins des exceptions, comme lors de la 2nde guerre mondiale pendant laquelle les moines cachèrent des résistantes, ou le cas d’une actrice qui s’y introduisit et s’y dissimula, déguisée en homme

Le mont Athos, Agios Oros en Grec, est situé au Nord de la Grèce, non loin de Salonique. C’est une montagne se jetant dans la mer culminant à plus de 2000 mètres d’altitude. Elle abrite une vingtaine de monastères, pour certains établis depuis le 10ème siècle. La communauté monacale forme une république monastique avec un pouvoir théocratique. Bien que partie intégrante de la république Héllenique, elle jouit d’une certaine autonomie et de règles propres. Son caractère hors du monde, hors du temps, et son statut singulier ont depuis longtemps nourri de nombreux mythes et rumeurs quant à ce qu’il se passe sur la montagne sacrée.

Les vingt monastères du Mont Athos renferment une communauté d’environ 2000 moines. Leur nombre exact est un mystère. En effet, pendant la guerre froide, la montagne sacrée connut un certain renouveau, abritant des réfugiés des pays du bloc communiste. De même, il se dit que suite à la chute du mur de Berlin, un certain nombre d’apparatchiks Serbes et Bulgares trouvèrent refuge dans les communautées monastiques.

L
Les monastères, construits entre ciel, mer et montagne, s’étendent sur des surfaces très importantes et sont généralement les témoignages les plus aboutis de l’architecture religieuse byzantine fortifiée. Ils renferment de nombreux trésors tels que livres, manuscrits et art religieux en métaux précieux. Aucun inventaire précis n’existe. Ainsi il n’est pas rare que les moines annoncent sporadiquement au monde qu’ils détiennent tel ou tel relique ou manuscrit dont tout un chacun pensait qu’il avait disparu.

Jacques Lacarrière, dans « l’Eté Grec », relate ses séjours au mont Athos, parmi les moines de plusieurs monastères. Ses récits relatent l’ambiance de la sainte montagne, dont les mioines sont aussi fort joviaux, ont le droit de boire e de produire du vin, dans la grande tradition monastique. Certains participent à un fetival de cuisine organisé du 15 mai au 15 juin chaque année : Le Mount Athos Kouzina Festival. Une façon agréable de faire d’une pierre deux coups : mystique et bonne chère…

* Le programme pour le plaisir, avec s notes de circonstances météo:

« Dear Christopher, A taxi driver will be waiting for you tomorrow night, keeping your name. He will drive you to Metropolitan Hotel in Thessaloniki. Next day he will pick you up at 10.00 (after breakfast) and he will drive you back to the airport.
I will be waiting for you there – to drive you directrly to the area of Athos! »

Here is the detailed program :
2nd September 2014
23.30 Arrive at Macedonia airport in Thessaloniki
24.00 Check in Metropolitan Hotel (Thessaloniki)
3rd September 2014
09:00 Breakfast & Check out
Departure for the Mount Athos Area
10.30 – 15.00 Arnea Round Trip: Visit Cholomontas mushrooms areas, Wine tasting at Claudia Papayianni winery, wandering around the traditional old town.
Departure to Olympiada area (40’)
15.30 Lunch: At “fish restaurant Captain Manolis” Olympiada
17.00 Visit Ancient town of Stagira, the birthplace of Aristotle
18.30 Take a tour of the area’s mussel cultures
Departure for Ouranoupolis area (40′)
21.00 Check in to Alexandros Palace Hotel & Suites / Dinner
4th September 2014
10:00 Breakfast
Visit the Metochi Chromitsa (inside Mount Athos) where the famous athonite wines are produced
16:00 Cruise around Ammouliani island
20:00 Dinner: at “fish restaurant Megali Ammos”
5th September 2014
09:00 Breakfast & Check Out
10.00 Cruise around Mount Athos holly peninsula
14.00 Lunch at Eagles Palace Hotel & Spa
16.30 Departure for the area of Varvara
17.30 Stop & Visit the waterfall at the end of the “Aristoteleian Walk”
19.00 Departure for the Varvara village on the top of the Aristoteleian Mount / Participation in “trachana” preparation
20.30 Departure for Arnea
21.00 Check in KONAKI traditional inn
21.30 Dinner at “traditional restaurant Bakatsianos” in the middle of Ayia Papaskevi forest
6th September 2014
Check Out / Departure to Thessaloniki International Airport “Makedonia ». Je donne la bouteille de vin que la productrice m’a offerte a une jeune fille tenant un bar, en lui racontant le contexte de production de ce vin. Surprise, elle me remercie d’un beau regard bleu de descendante putative d’Alexandre le Grand.

Beau séjour, en dépit de la pluie. En dépit d’un coup de dé du hasard, qui m’a coûté le Mont Athos : pile le jour ou je devais y aller  un accident de camion coûta la vie à 2 moines. du coup, ils le fermèrent aux visites. il fallait que cela tombe ce jour-là. Aristote, es-tu là.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email to follow that flow/Pour suivre ce blog

Rejoignez 2 051 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :