Bourgogne, Mâcon, circuits, vins, Vizzavona

Poster un commentaire

juillet 26, 2013 par Parallèles Potentiels

Ce Mâconnais regorge de lieux et d’activités. Sites naturels, comme l’anguleuse roche de Solutré (où François Mitterrand, Morvandiau éminent, aimait à venir en pèlerinage annuel) et sa ronde voisine la roche de Vergisson. On est ici en appellation Pouilly-Fuissé. On peut aussi monter vers Solutré en voiture de collection (avec classic cab), par exemple en Mazda MZ5 de 1990, ce que je fisDSCF3595avant de marcher jusqu’en haut de la roche pour m’imprégner de sa minéralité…

On dormit et dégusta à l’hôtel la Courtille de Solutré, au design danois sobre, avec quelques fantaisies pour égayer chaque chambre.

https://i2.wp.com/www.lacourtilledesolutre.fr/content/4/photo2012/chambres8.jpg Ainsi redécoré il y a cinq ans par ses jeunes propriétaires, Juliette et Adrien. Monsieur est Basque et barbu, un de ses aïeuls écrivit jadis l’hymne de la province (il aurait aussi, selon la légende, sauvé une reine d’Espagne). Il tient en cuisine les rênes d’un inventif bistrot gastronomique, avec une sphère chocolatée noire fourrée banane explosant sur le palais au dessert !

https://i0.wp.com/www.lacourtilledesolutre.fr/content/2/img12.jpg

Et puis il y a les rencontres . Avec des vignerons et leurs crus comme ceux du domaine de la Greffière, testés et approuvés. Il y a là un musée du vin exposant une pièce rare : un canon à ondes antigrêle de 1897, censé empêcher les grêlons de grossir. Evidement, cela n’a jamais marché ! Par contre, la productrice vous fera peut-être goûter, en plus des vins, la très friable gaufrette cylindrique et vanillée de Mâcon. Claude Poissonnet, un pâtissier, en a relancé la production en 2010 (au 54, rue Victor Hugo) dans d’adorables boîtes métalliques où est peint le pont Saint-Laurent reliant les deux rives de la Saône…

Au printemps 2014, aux alentours du 20 avril, on pourrait participer à la prochaine édition du « Printemps de Viré Clessé », la plus récente des cinq appellations vinicoles du secteur (1999). Le périple amène à visiter chaque caveau entre Viré et Clessé, avec un petit train pour éviter de tanguer ou, pire, de rouler entre les deux villages. Il y a 29 producteurs à visiter.
Des choix drastiques, voire des dilemmes viticornéliens s’imposent donc. D’autant plus que le même week-end, 2400 dégustateurs notent 11 000 crus de toute la France lors du fameux « Concours des vins de Mâcon », où l’on était présent
aussi. Et d’autant plus volontiers qu’il était inauguré par une charnue Charnaysienne, qui n’est autre que Miss France 2013 ! Il s’agit de Marine Lorphelin, qui nous vient deMiss France 2013 alias Marine Lorphelin sort d'Europe 1, à Paris, le 10 décembre 2012
Charnay-lès Macon. Où l’on avait loué à l’office de tourisme des vélos pour un joli circuit de deux heures le long de l’ancienne voie ferrée.
Ensuite, la boucle se bouclera de préférence à table, par exemple à l’hostellerie du Château de la Barge, près de Mâcon, avec Gabrielle Vizzavona, consultante en vins (et charmante ambassadrice de ceux de Mâcon) tandis qu’elle note l’un de ses coups de coeurs :

Le Mâcon-Vergisson Sur la roche du vigneron Eric Forest : « Ce vin à l’éclatante robe citron embaume de notes de noisettes, de céréales, d’agrumes. La finale est longue et pleine de pureté. » on la voit déguster sur la photo ci-dessous de mon article, en un élan souriant plein d’une égale pureté, comme subjuguée par le breuvage…

ou16_SudBourgogne

Et on se revit quelque temps plus tard,

un jour d’été à robe citron immaculée,

rue Vieille-du-Temple au bistrot

La Perle un peu trop branché

Dont le gérant marseillais nous fit visiter en exclu sa nouvelle cave aux automatismes jamesbondiens (escalier de verre et bois délicat, flanqués d’un gyrophare orange sous trappe, il en voulait un bleu flic, casiers à bouteilles rétractables, sortie par une autre trappe menant sous le bar, quel bonheur parisien d’enfant d‘accoucher par là après la visite).

image

Ci-dessous, Gabrielle est mise

en abyme en magazine

tenu dans ses bras

image

Elle est surtout en train de devenir une grande professionnelle, d’autant plus demandée qu’elle est un produit rare dans sa catégorie : double cursus économie et oenologie, pas attachée à un domaine en tant qu’oenologue, donc promise à une belle carrière. Et quand une oenologue ressemble à une Madone (d’origine corse), on ne peut qu’approuver le sang du Christ circulant dans nos veines et dans les flacons de Mâcon. Car les vins par nous lors de ce séjour (et avant à Paris) degustės en sont de trans substantiels représentants. Valant souvent ceux de l’aristocratique Bourgogne du Nord, que j’adore aussi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email to follow that flow/Pour suivre ce blog

Rejoignez 2 051 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :