Doigts de Dieu et de Chopin

Poster un commentaire

mai 4, 2013 par Parallèles Potentiels

image

Les doigts de Dieu sont partout à Soller de Majorca, pendant les promenades en balcon sur falaise, mer non loin. On les dit « dedos de dios « . Fauchons qui s’en dédie, pensai je pendant cette dernière journée blanche à Palma, seul, une fois le groupe évaporé. Journée passée à visiter 3 Fondations et les trottoirs ensoleillés pour étirer le temps jusqu’au charter nocturne de minuit…

Le tout à cheval entre avril et mai, après m’être pour la première fois enivré le nez dans la vallée de soller, pleine dde fleurs d’orangers, citronniers et d’oliviers hors d’âge. On ne sait s’ils ont 400 ou 800 ans.

Le tout pendant 5 jours de randonnée avec Chamina voyages, une petite  agence auvergnate périgrinant des Puys jusqu’aux cratères actifs, comme à Fogo (Cap Vert, dernière éruption en 1995) ou éteints comme à Madère et aux Açores (Le Pico, dernière éruption en 1955).

Quand j’étais au Cap Vert en mars, j’ai appris que le nouveau pape de service s’appellerait François Premier, non, c’est pas vrai ? Si, un pape Santiago primero. Ce nom de vieux roi resurgissant m’avait fait sourire. Du coup,  j’hésitais/existais un peu entre 1515, la  bataille de Marignan, 2015, les deux ans du papa mobile. Voire 1815, fin du règne d’un Corse napoléonien et début d’un code civil toujours vigoureux en 2013. Et j’imaginais les jeunes élevés au jus de savoir sur Internet pour lesquels ces parallèles ne voudraient pas dire grand-chose. Quoique Marignan, bien sûr. Et pas le panache blanc. C’était Henri IV, le panache blanc, j’avais imaginé François en plumes blanches à tort. François Premier fut mécène de Léonardo da Vincia, et notamment de son bel escalier à double révolution ou double vis au château d’ Amboise.

Majorque_D.PradonCeci est la Chartreuse de Valdemossa où Chopin et Sand passèrent un hiver 1839, tois ans après que les Chartreux en eurent été délogés par l’Etat. Détail amusant, on paie le droit d’entrée de 7,50, et il faut repayer (3,50) pour visiter la « cellule » qui fut la leur, la numéro 4. Je me demande combien d’années la commune à mis à faire passer cette entourloupe marketing piquée des vers. Bientôt, ils feront sans doute payer un troisième droit d’entrée pour regarder le piano Pleyel que Chopin avait fait venir de Paris, et dont il nétait pas très satisfait… Par contre, on peut assister à un mini-concert de piano à heure fixe quelque fois par jour. Visite trop serrée, j’en ai donc raté le début, ne fut pas autorisé à entrer pendant. Ce jour-là, on jouait le Prélude de la goutte d’Eau que j’entendis couler à travers la porte.

Frédéric Chopin – Prelude Op.28 Nº 15 – G. « Goutte d’eau  »
« Valentina IGOSHINA interprète Chopin « Goutte d’eau » Prélude en ré bémol majeur, op. 28, n ° 15. Commandés par le facteur de pianos Camille Pleyel et l’éditeur pour 2.000 francs. Chopin les écrivit entre 1835 et 1839, en partie à Valldemossa , Majorque , où il a passé l’hiver de 1838-39 et où il s’était enfui avec George Sand pour échapper au temps humide de Paris… »

La suite ?

« Ils se sont donnés rendez-vous à Perpignan. Chopin ne souhaite pas afficher son départ. Quatre années plus tôt avec Musset, Sand avait déjà fait le même voyage.
Ils avaient alors rencontré Stendhal sur le bateau. Elle part quelques jours avant Chopin et fait le trajet tranquillement en s’arrêtant en route pour rencontrer des amis.

Chopin lui, a fait le voyage d’un seul trait. Quatre jours et quatre nuits de malle-poste. Il arrive épuisé, avec cinq mille francs (actuel) en poche, ayant vendu ses préludes à Pleyel.
Ils embarquent sur  » le Phénicien » qui les conduit à Barcelone, puis sur « El Mallorquin « .  Au matin ils débarquent à Palma. Dans l’impossibilité de trouver un hôtel, ils louent une villa à un certain Gomez. Pour l’instant tout va bien malgré la fatigue. Ils sont heureux de se retrouver  » sous un ciel turquoise,…. avec une température qui rappelle celle d’un mois de juin à Paris. » Malheureusement cela ne va pas durer, car c’est la saison des pluies…

Voici la suite, sans romance excessive :

www.coindumusicien.com/Fredchop/majorque.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Enter your email to follow that flow/Pour suivre ce blog

Rejoignez 2 059 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :